Archives de catégorie : Publications

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge : réalités et légendes

Edina Bozoky

Les saints face aux barbares au haut Moyen Âge : réalités et légendes

Rennes : PUR, 2017

(Histoire) 208 p., 20€

ISBN : 978-2-7535-5394-1

 

Les légendes des saints, pénétrées d’un christianisme militant, ont largement contribué à la mauvaise réputation des barbares (Huns, Goths, Vandales, Vikings, Hongrois…). Ce livre montre comment l’idéal de sainteté, avec la glorification des victimes des barbares, est tributaire du contexte idéologique et politique de l’époque de la rédaction des récits. Au-delà de l’analyse du rapport entre réalité et fiction dans les textes hagiographiques, il éclaire aussi l’attitude à l’égard de l’autre, de l’étranger.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Introduction (Fichier pdf, 598 Ko)

Table des matières (Fichier pdf, 577 Ko)

Les auteurs (Fichier pdf, 561 Ko)

4e de couverture (Fichier pdf, 28 Ko)

Edina Bozoky est maître de conférences émérite en histoire médiévale à l’université de Poitiers et membre du Centre d’études supérieures de civilisation médiévale. Son principal domaine de recherche concerne le culte des saints et des reliques au Moyen Âge. Elle a organisé plusieurs colloques sur ce thème : Les reliques : objets, cultes, symboles (avec Anne-Marie Helvétius), Turnhout, Brepols, 1999 ; Saints d’Aquitaine. Missionnaires et pèlerins du haut Moyen Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Hagiographie, idéologie et politique au Moyen Âge en Occident, Turnhout, Brepols, 2012.

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

C. Stévanovitch, A. Mathieu

Les ‘Mort d’Arthur’ moyen-anglaises en vers

Turnhout : Brepols, 2017

Textes vernaculaires du Moyen Âge (TVMA, 17), 568 p.

ISBN : 978-2-503-56929-1

Première traduction française des deux Mort d’Arthur moyen-anglaises en vers

Les deux poèmes moyen-anglais réunis ici relatent, chacun à sa manière, la mort tragique du roi Arthur. Morte Arthur donne une place prépondérante aux amours de Lancelot et Guenièvre, aux effets catastrophiques. Dans Morte Arthure, par contraste, Arthur est un chef de guerre, d’abord favorisé, puis abandonné par la fortune. Les divergences entre les deux poèmess’expliquent en grande partie par la nature de leurs sources : roman français en prose pour Morte Arthur, corpus de chroniques pour Morte Arthure.

Ces deux poèmes constituent des jalons importants dans l’histoire de la geste arthurienne en raison notamment de l’influence qu’ils ont exercée sur Malory, auteur de la vaste compilation connue sous le nom de Morte DArthur (1485). Or celle-ci nourrit l’imaginaire arthurien depuis plus de cinq cents ans : voir Idylls of the King, de Tennyson (1859), ou le film Excalibur de John Boorman (1981).

Ces deux Mort d’Arthur ont été éditées en un seul volume en 1972 (Larry  Benson). Il était, de fait, utile de rassembler deux poèmes portant sur le même sujet, mais issus de traditions différentes. Cette traduction française s’inscrit dans la lignée du travail de Benson.  Elle est assortie d’un ensemble de notes.

Poèmes traduits et présentés par Guy Bourquin, Hélène Dauby, Jean-Paul Débax, Philippe Mahoux-Pauzin, Anne Mathieu, Marthe Mensah, Geneviève Nore, Colette Stévanovitch, Claire Vial et Martine Yvernault.

Sous la direction de Colette Stévanovitch et Anne Mathieu

Colette Stévanovitch est professeur à l’Université de Lorraine. Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et l’histoire de la langue anglaise.

Anne Mathieu est maître de conférences à l’Université Paul Valéry (Montpellier 3). Ses travaux de recherche portent sur la littérature vieil-anglaise et moyen-anglaise et la linguistique anglaise.

En collaboration, Colette Stévanovitch et Anne Mathieu ont encadré la traduction des Lais bretons moyen-anglais publiée chez Brepols en 2010.

Table of Contents

Introduction générale

Stanzaic Morte Arthur
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes

Alliterative Morte Arthure
– Introduction
– Texte et traduction
– Notes
– Glossaire

Bibliographie

 

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance

         Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance : Médiations, auto-traductions et traductions secondes

Turnhout : Brepols, 2017

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 4) 268 p.

ISBN : 978-2-503-56971-0

Les différentes contributions du présent volume révèlent toutes un rapport problématique à la fidélité des traducteurs et aux traductions préexistantes.
 

Après deux premiers volumes consacrés à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne et aux questions concernant la traduction empêchée et la traduction manipulée, ce troisième volume entend sillonner deux domaines mal connus de la traduction au Moyen Âge et à la Renaissance, domaines que seules les apparences distinguent : la réception des traductions médiévales au XVIe siècle et la pratique de l’auto-traduction.

La Journée d’étude dont ce livre recueille les contributions a permis de dénouer les nombreux liens qui lient ces deux thématiques autour des notions centrales de rupture et de continuité, de fidélité idéalisée et d’infidélité impossible. D’un côté, on voit que le traducteur de la Renaissance qui a accès aux traductions médiévales est poussé à en prendre le contre-pied pour marquer une nouvelle subalternité alors que, en même temps, il peut en subir profondément l’influence. De l’autre côté, l’auto-traducteur est pensé comme incapable de se trahir lui-même La relation au texte initial et, en conséquence, la contrainte de fidélité ne sont-elles pas différentes selon que le traducteur translate sa propre création ou qu’il auto-traduit une œuvre originale ? Les quatre théorèmes exposés ici dans l’article d’ouverture de la section consacrée à l’auto-traduction au Moyen Âge et à la Renaissance montrent comment les caractères spécifiques de l’écriture médiévale et l’usage social et culturel des langues ont façonné la pratique de l’auto-traduction.

Les liens sont serrés entre les deux thèmes de cette Journée : dans les deux cas, le traducteur est confronté à la question de la médiation de ce qui existe déjà, médiation qui ne peut se comprendre qu’au regard des aires culturelles privilégiées dans lesquelles elle s’effectue. Les deux volets de ce troisième volume jettent une lumière originale sur une des raisons internes de la traduction : elle ne peut vivre que dans un perpétuel renouvellement.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011). Il a codirigé avec Jean-Jacques Vincensini les volumes sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction (Brepols 2015 et 2016).

Jean-Jacques Vincensini est professeur émérite de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart. Il a codirigé avec Claudio Galderisi le volume sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction.


Table of Contents

Fortune et infortune des traductions médiévales à la Renaissance
– Claudio Galderisi, L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
– Frédéric Duval, D’une renaissance à l’autre : les traductions françaises du Corpus juris civilis
Silvère Menegaldo, La longue vie de la traduction française de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles (1371-1375). À propos des éditions imprimées d’Abbeville (1486-1487) et de Paris (1531)
– Pierre Nobel, L’editio princeps de la Bible historiée par Antoine Vérard
– Cinzia Pignatelli, Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
– Vladimir Agrigoroaei, Les traductions en vers du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
– Viola Mariotti, Les traductions françaises d’Albertano de Brescia entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la RenaissanceL’auto-traduction : typologies et pratiques
– Jean-Jacques Vincensini, Des conditions de possibilité des auto-traductions au Moyen Âge flamboyant
– Anna Maria Babbi, L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
– Marie-Luce Demonet, Étienne Dolet, auto-traducteur bifrons
Marie-Christine Gomez-Géraud, La Bible et la Theologia deutsch : Sébastien Castellion et ses doublets de traduction

The Lettered Knight: Knowledge and Behaviour of the Aristocracy in the Twelfth and Thirteenth Centuries

Martin AURELL

The Lettered Knight: Knowledge and Behaviour of the Aristocracy in the Twelfth and Thirteenth Centuries

Budapest : Ceu LL, 2017

468 pages, ISBN 978-963-386-105-9

$70.00 / €53.00 / £44.00

An encounter between a warring knight and the world of learning could seem a paradox. It is nonetheless related with the Twelfth-Century Renaissance, an essential intellectual movement for western history. Knights not only fought in battles, but also moved in sophisticated courts. Knights were interested in Latin classics, and reading and writing poetry. Supportive of “jongleurs” and minstrels, they enjoyed literary conversations with clerics who would attempt to reform their behaviour, which was often brutal. These lettered warriors, while improving their culture, learned to repress their own violence and were initiated to courtesy: selective language, measured gestures, elegance in dress, and manners at the table. Their association with women, who were often learned, became more gallant. A revolution of thought occurred among lay elites who, in contact with clergy, began to use their weapons for common welfare. This new conduct was a tangible sign of Medievalist society’s leap forward towards modernity.

This monograph contains a great deal of detailed information about the attitudes towards learning and written culture among members of the nobility in different parts of Europe in the Middle Ages.

“A study of very great and broad significance for the understanding of the nature of knighthood, chivalry and courtesy. It counters the casually held notion that makes clean separation between knights and clerics. The literacy of knights was widespread, and more important, a strongly held and asserted social value. It had a powerful influence on the behavior of knights, and on held and practiced social values of the aristocracy. The book stands as an important contribution to studies of chivalry and the intellectual and social life of the high Middle Ages.” — C. Stephen Jaeger, Gutgsell Professor Emeritus, German and Comparative Literature, University of Illinois, Urbana/Champaign.

 

La croisée des signes : l’écriture et les images médiévales (800-1200)

debiaisVincent Debiais

La croisée des signes : l’écriture et les images médiévales (800-1200)

Paris : Les éditions du CERF, 2017

(Coll. Cerf Patrimoines) 376 p., ISBN : 978-2-204-11539-1

34€

L’écriture est omniprésente dans les images médiévales. Ce constat – celui d’une évidence – a alimenté un pan entier de la médiévistique au cours des trente dernières années, celui de l’étude des relations entre le texte et l’image. Le présent ouvrage envisage à nouveaux frais ces questions en les abordant au prisme de la coprésence des signes alphabétiques et iconiques au sein d’une même image, qu’elle soit peinte sur l’enduit ou sur le verre, sculptée dans la pierre ou le métal, composée en mosaïque ou en textile. En analysant les dispositifs de l’inscription, sa forme, sa localisation et son contenu, cette étude propose de dépasser le constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image pour interroger les conditions et les effets de cette rencontre. Les considérations théologiques et les réflexions patristiques éclairent les intentions et les conditions de la présence conjointe du texte et de l’image au sein d’une même construction visuelle. Sur cette toile de fond intellectuelle se met en place une mécanique du sens entre imago et littera, qui dépasse les fonctions strictes d’identification, de commentaire ou de glose. L’émergence d’une signification augmentée de l’image, voire d’une image nouvelle, se produit dans la friction du texte et de l’image, et l’écriture devient partie intégrante du processus de création du visuel. À partir d’exemples produits entre 800 et 1200, cette étude met en perspective les pratiques artistiques et épigraphiques avec la théologie de l’image. Elle étudie ces objets qui traduisent dans le matériau la réflexion médiévale sur les capacités respectives de l’écriture et de l’image à mettre en signe l’étendue de la Création et l’histoire du monde.