Archives de catégorie : Invités au laboratoire

Le CESCM sous l’œil d’un collégien

Demain si je devais dire pourquoi j’ai fait mon stage au CESCM, je dirais ceci : « parce qu’il se trouve à Poitiers et qu’on y fait de l’Histoire. »

Cliché J.-P. Brouard (CESCM)
Cliché J.-P. Brouard (CESCM)

Mais pourquoi Poitiers ? Car c’est une jolie ville ? (certes). Car c’est le moyen de fuir mes parents une semaine ? (il y a de l’idée). Non j’ai fait mon stage à Poitiers car c’est une ville débordante d’Histoire, une ville aux cent clochers, une ville au passé médiéval, une ville qui a de l’importance pour moi car c’est ma ville natale, là où habite ma famille, là où elle s’est construite, où elle a grandi… C’est une manière d’aller à la rencontre de mes origines.

Mais pourquoi faire de l’Histoire ? Car c’est le moyen de ne pas faire de maths et de physique-chimie pendant une semaine ? (c’est vrai que c’est tentant !) Non je fais de l’Histoire car c’est ma passion. L’Histoire c’est savoir d’où l’on vient, c’est comprendre notre présent qui éclaire l’avenir (Émilie Kurdziel). L’Histoire est indispensable dans toutes les matières, que soit les maths ou la biologie.

Mais pourquoi le CESCM ? J’ai choisi le CESCM car c’est un laboratoire de recherche et d’enseignement ou l’on traite de l’Histoire et de l’Histoire de l’art médiéval (mais aussi de l’Archéologie, la Littérature, des Langues, de la Musique). C’est le moyen de découvrir ma passion par la recherche et l’enseignement. J’ai aussi choisi le CESCM car, bien que je ne sois pas du tout un expert sur le Moyen  Âge, cela reste une période que j’apprécie particulièrement et puis j’avais hâte de découvrir le métier de ma tante, Estelle Ingrand-Varenne.

Durant mon stage j’ai pu rencontrer tout type de métiers, de l’étude de l’héraldique  (Matteo Ferrari) à la recherche archéologique (Nicolas Prouteau) en passant par la revue « Cahiers de civilisation médiéval » (Mmes Flavie Grout et Manon Durier). J’ai pu observer également tout type de personne, de la « plus sérieuse » (Éric Palazzo) à la « plus drôle » (Vanessa Ernst-Maillet).

Ce qui m’a également intéressé, c’est le travail : à la photothèque (Mmes Chrystel Lupant et Carolina Sarrade) sur les plans de l’abbatiale de Saint-Savin-sur-Gartempe et à la participation du rangement des archives de M. Robert Favreau.

Lors de cette semaine j’ai pu rencontrer des doctorantes (Mmes Émilie Minéo et Pamela Nourrigeon, plus que quelques heures  comme doctorantes !)  et elles m’ont expliqué leurs  travaux incroyables (leurs thèses). Je leur souhaite le succès dans leurs soutenances.

Lundi, Mercredi et Jeudi j’ai pu découvrir les coulisses de l’administration (Mmes Lalaosa Raynaud, Catherine Banc et Anne-Laure Codet) et du secrétariat (Catherine Girault) du CESCM. Elles ont pu m’apporter des informations supplémentaires sur le monde de l’administration et du secrétariat.

Grâce à mon stage j’ai pu constater que le cadre de la recherche est un cadre très jovial et sympathique (notamment à la pause de 10h 30 !) et non selon un certain a priori celui du savant fou qui cherche sans aucun résultat.

Je remercie de tout cœur tous ceux qui ont pris du temps pour m’expliquer leur fascinant métier et leur parcours et j’espère être devenu au cours de ce stage progressivement un chevalier lettré (comme Martin Aurell).

Stage de 3e effectué du 5 au 9 décembre 2016.

Ivan Foletti et le projet international et expérimental « Historiens de l’art migrateurs »

Ivan Foletti était invité au CESCM le 16 décembre dans le cadre d’une conférence au sujet de son dernier livre sur les portes de Sainte-Sabine1 et pour présenter son nouveau projet « Historiens de l’art migrateurs ».

Le projet « Historiens de l’art migrateurs » est une expérience pédagogique et scientifique itinérante, qui prendra la forme d’un cours-pèlerinage de 4 mois et de 1500km autour de la France et la Suisse médiévales, de Lausanne au Mont-Saint-Michel, du XIe au XIIIe siècle. Dirigé par Ivan Foletti, professeur associé à l’université Masaryk de Brno et Maître Assistant Ambizione à celle de Lausanne, ce projet souhaite aborder avec un regard nouveau le patrimoine médiéval français et suisse. Onze étudiants universitaires marcherons le long de routes de pèlerinage médiévales, avec des arrêts de 3 semaines dans différents centres importants de la culture monastique : l’abbatiale Sainte-Foy de Conques, l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, avant d’arriver au Mont-Saint-Michel en Normandie. Au cours de ces séjours, des cours (également accessibles au grand public online) seront donnés par d’importants médiévistes tels que Éric Palazzo et Cécile Voyer (CESCM, Université de Poitiers), Hans Belting, Bissera Pentcheva, ou encore Herbert L. Kessler. 

Cliquer sur la photo pour voir la video :

yvan-1

L’originalité de ce projet est représenté également par son financement, qui ne sera pas recherché auprès d’une institution, mais auprès de toute personne intéressée par une campagne de crowdfunding. Grâce à des centaines de dons cet important projet pourra ainsi être réalisé.

Chacun peut être moteur du projet  sur indiegogo

Voici le projet, présenté par Ivan Foletti et ses étudiants, sur le site Migrating Art Historians

 

Le projet « Historiens de l’art migrateur » propose un regard nouveau sur le Moyen Âge. Nous allons marcher 1500 km le long des routes de pèlerinage médiévales et recueillir des expériences que nous allons partager avec vous. Nous allons préparer des cours online pour vous, 12 court-métrages, une monographie collective, des dizaines de conférences accessibles online, des photos merveilleuses et bien plus encore.

Au sein du projet des étudiants avec des professeurs d’universités de France, d’Italie, d’Allemagne, de Suisse, des États-Unis et de la République tchèque vont participer. Ils souhaitent ouvrir la question des arts et du pèlerinage au Moyen Âge au grand public.

Notre but est de changer la manière dont l’université est perçue. Elle ne doit plus être simplement une institution théorique, mais devenir une véritable expérimentation. Le projet est une expérience unique qui pourrait changer l’histoire de l’art.

Pour le réaliser nous avons besoin de votre aide.

« Historiens de l’art migrateurs » est un projet unique, basé sur notre but d’étudier les œuvres d’art à travers l’expérience physique de notre corps.

Nous allons quitter les salles de cours de notre université pour marcher pendant tout un semestre, afin d’approcher les œuvres d’art personnellement et de les étudier dans leur contexte naturel.

Parmi nos grands supporteurs il y a, en dehors de Hans Belting, gagnant du prix Balzan ; des autorités telles que Bissera Pentcheva de l’université de Stanford ; Herbert L. Kessler de l’université John Hopkins.

Nous sommes soutenus par l’université Masaryk de Brno, qui couvre ce projet et nous supporte en partie financièrement. De plus, l’université a approuvé d’un plan d’étude spécial pour les étudiants qui participeront à ce projet.

Mais il y a aussi nos autres supporteurs importants – les monastères, qui ont accepté de nous accueillir et de nous permettre d’étudier et de nous reposer dans leurs complexes.

À ce projet vont participer également des chercheurs tels que Michele Bacci de l’université de Fribourg ; Stefano D’Ovidio, Bibliotheca Hertziana, Max-Planck-Institut für Kunstgeschichte ; Daniela Mondini, Università della Svizzera italiana ; Éric Palazzo et Cécile Voyer du CESCM (Université de Poitiers).

Ce projet est expérimental et exceptionnel par bien des aspects.

Suivant l’exemple des pèlerins médiévaux, nous allons voyager à pied. Après des semaines de marche, à dormir sans abri et sans l’aide des commodités modernes, nous seront fatigués et auront à surmonter les obstacles physiques et la douleur. En renonçant aux moyens de transport modernes, nous vivrons le ralentissement du temps.

Tout cela modifiera notre perception des œuvres d’art.

Bien sûr, nous sommes parfaitement conscients que nous ne pouvons pas revivre les expériences et sentiments d’une personne vivant au Moyen Âge. D’un autre côté, nous pensons qu’il est possible – à travers différents aspects – de se rapprocher de la réception pré-moderne des œuvres d’art. De nos jours, nous sommes habitués à voir les objets rapidement et d’une perspective rapprochée. Le pèlerinage au rythme naturel des pas offre un point de vue nouveau, comme nous l’avons déjà remarqué durant nos marches d’été que nous avons effectuées durant les cinq dernières années.

« Historiens de l’art migrateurs » représente une approche innovatrice des études. Après une préparation théorique, les étudiants vont étudier les objets personnellement in situ, à travers tous les aspects précédemment mentionnés. Leur tâche sera de présenter leurs résultats non seulement au sein du cadre universitaire habituel, mais également au grand public.

Bien qu’expérimental et innovant, le projet « Historiens de l’art migrateurs » est basé sur des expériences déjà acquises. Il est issu de nos observations recueillies sur les routes de pèlerinage françaises et italiennes durant les cinq dernières années. Ces cinq marches estivales ont complètement modifié notre point de vue sur les objets médiévaux. C’est pourquoi un groupe de douze historiens de l’art a décidé d’élargir l’expérience tout en la contextualisant au sein d’un cadre scientifique spécifique et, à l’aide de technologies modernes, de la transmettre au grand public.

C’est pour cela que nous avons besoin de vous !

Nous avons invité des spécialistes pour donner des cours et écrire des articles au sein de la monographie conclusive. Nous allons nous-mêmes écrire au sujet des œuvres d’art que nous allons rencontrer au long du chemin. Notre équipe est composée de graphistes habitués à produire des ouvrages, de même que de réalisateurs qui travaillent pour la plateforme e-learning de l’université Masaryk de Brno, habitués à préparer du matériel d’enseignement.

Nous avons besoin de supporteurs enthousiastes.

Nous voulons intégralement partager cette expérience avec vous. Afin d’ouvrir le champ apparemment fermé de l’histoire de l’art, nous voulons transmettre nos expériences au grand public.

C’est pour cette raison que nous avons besoin de financement.

 

Avec la somme de 6300€ que le département d’histoire de l’art de l’université de Brno offre au projet, nous pouvons partiellement couvrir les coûts de l’organisation des conférences dans les monastères. De la part de sponsors privés, nous avons obtenu 3000€ dans le même but.

Afin de pouvoir vous transmettre les résultats de notre voyage, nous avons besoin de votre aide pour couvrir les dépenses liées au tournage et à la post-production. La somme, en incluant les équipements techniques, est estimée à 15 965 .  La production du second résultat, la monographie finale, est estimée à 6000.

Malgré le fait nous allons vivre avec des frais limités, nous allons avoir besoin d’un petit soutien pour vivre durant la marche. L’estimation du coût de la vie minimal est de 7€/jour/personne, pour un total de 10 080€.

Certains de nos étudiants gagnent leur vie. Pour cette raison, nous avons besoin de couvrir leurs nécessités durant la marche puisqu’ils vont interrompre leur activité professionnelle entièrement pour se consacrer entièrement au projet.

Puisque nous avons déjà entrepris des marches cinq fois durant les dernières années, nous n’avons pas besoin d’acheter l’équipement de base. En revanche, cette fois nous allons commencer la marche à la fin de l’hiver, et pour cette raison nous aurons besoin de compléter notre équipement. Les coûts estimés par personne sont de 550€, une somme difficile à réunir pour certains étudiants.

 

Nous vous serions très reconnaissant si vous décidez de nous soutenir.

Si vous aimez le projet mais que vous ne pouvez pas nous soutenir financièrement, nous voudrions vous demander de faire passer le message à toute personne qui pourrait être intéressée.

 

L’itinéraire

 

De Lausanne au Mont-Saint-Michel, nous allons parcourir 1500 kilomètres à pied en quatre mois (du premier mars à la fin de juin), en suivant et en croisant trois des principales routes de pèlerinage médiévales (Via Turonensis, Via Lemovicensis, Via Podiensis).

Nous allons traverser les villes où se trouvent les monuments importants, sujets de notre étude, telles que Genève, Lyon, Conques, Nevers, Fleury, Tours et Rennes. Nous allons marcher trois semaines, qui seront suivies de pauses de trois semaines au sein des monastères (Conques, Saint-Benoît-sur-Loire, Mont-Saint-Michel).

C’est à ces endroits que d’importants chercheurs de la discipline vont nous rejoindre. À travers une série de conférences et de discussions, ces chercheurs vont nous aider à avancer dans nos recherches, qui résulteront en des mémoires de master ainsi qu’en une monographie finale. C’est également à ces endroits que nous allons préparer les films pour vous, et d’où nous allons diffuser en live online les conférences grâce à la plateforme e-learning de l’université Masaryk.

Plus à notre sujet

La plupart des étudiants font partie du Center for Early Medieval Studies (Centre d’études sur le Haut Moyen Âge) de l’Université Masaryk de Brno (CZ), fondé en 2012 par Ivan Foletti. Le projet est l’une des nombreuses activités du centre.

Depuis sa fondation, le centre a organisé de nombreuses conférences internationales, invité les chercheurs les plus importants du domaine, fondé le prestigieux périodique international Convivium, et publié plusieurs ouvrages. À travers ses conférences régulières StredoveC JinaX, le centre cherche aussi le contact avec un public non-académique.

Ces activités ont attiré l’attention de l’un des plus importants historiens de l’art, Hans Belting, qui, avec Christa Belting-Ihm, ont offert en don leur collection de livres au sujet de l’art médiéval au centre. Grâce à la qualité de la collection acquise, le centre se hisse au niveau des meilleures institutions européennes.

D’autre membre du projet, responsables de la réalisation et du support technologique, sont membres du team e-learning de la Faculté des Lettres de l’université Masaryk de Brno.

Si vous voulez en savoir plus sur les participants, visitez notre site web.

Pour soutenir le projet : site indiegogo

  1. Ivan FOLETTI, Manuela GIANANDREA – Zona liminare: Il nartece di Santa Sabina a Roma, la sua porta e l’iniziazione cristiana, Collana: I libri di Viella, 2015 (Arte / Studia Artium Medievalium Brunensia []

Elisa Pallottini et les inscriptions

Elisa Pallottini, dost-doctorante, est au CESCM pour 1 mois : elle nous explique dans quel cadre elle est invitée par Estelle Ingrand-Varenne et Martin Aurell au CESCM.

Cliché V. Ernst-Maillet-CESCM
Cliché V. Ernst-Maillet-CESCM

Dans quel cadre votre séjour s’inscrit-il ?

Je suis actuellement en post-doctorat à l’Université d’Utrecht (Pays-Bas). Je travaille dans le cadre d’un projet VIDI financé par le Conseil néerlandais de la recherche scientifique, consacré à l’étude des débats concernant les reliques dans l’Occident médiéval à travers l’analyse des sources écrites et de la culture matérielle. Ce projet est dirigé à Utrecht par Janneke Raaijmakers, maître de conférences en histoire médiévale, et rassemble une équipe de trois chercheurs (Janneke Raaijmakers, Jelle Visser et moi-même). Parce que ce projet comporte une dimension épigraphique essentielle, l’Université d’Utrecht a établi au commencement du travail une collaboration avec le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale en raison de son expertise dans le domaine et de la documentation à disposition. Mon séjour s’inscrit dans le cadre de ce partenariat et bénéficie des ressources matérielles et humaines du CESCM.

En quoi consistent vos recherches ?

À l’intérieur de ce programme, mon projet de post-doctorat concerne l’étude des inscriptions en lien avec les traces de la culture matérielle de la vénération des saints et du culte des reliques. Il s’agit donc d’une approche épigraphique des reliquaires et des artefacts utilisés dans la pratique dévotionnelle. Pour mener à bien cette recherche, qui prend une place de plus en plus importante au sein du projet VIDI, je rassemble et j’analyse les témoignages épigraphiques qui me permettent d’entrevoir le statut, la fonction et la réception des reliques dans la culture médiévale. Mon travail est donc celui d’un recensement, mais surtout d’une interprétation historique, sociale et religieuse des traces écrites sur ou près des reliquaires. Il s’inscrit dans les tendances actuelles de la recherche en histoire et en histoire de l’art concernant ces objets et j’espère pouvoir apporter des éléments de réponse à propos du rôle de ces inscriptions dans la pratique du culte des reliques.

De façon plus générale, je cherche aussi à comprendre quel est le rôle de l’écriture épigraphique au sein de la literacy médiévale.

Pourquoi Poitiers ?

En Europe, les études épigraphiques sont aujourd’hui très dispersées et peu de centres de recherche offrent les moyens documentaires pour mener à bien une étude comme la mienne. Poitiers, grâce à l’expérience et aux activités de l’équipe de recherche sur l’écriture épigraphique, fait partie de ces centres documentaires, et c’est tout naturellement que mes pas se sont dirigés vers le CESCM, un lieu que j’avais déjà eu l’occasion de fréquenter dans le cadre d’un post-doctorat précédent.

La bibliothèque spécialisée présente une collection unique pour les études épigraphiques ; le recensement de toutes les inscriptions françaises et le fonds photographiques sont également de précieux outils pour mener à bien ma recherche. Je profite également des échanges quotidiens avec les membres du CESCM, en particulier avec Estelle Ingrand-Varenne, Cécile Treffort et Vincent Debiais.

C’est donc un retour ?

En effet. Et je pense que les chercheurs qui travaillent aujourd’hui en épigraphie médiévale sont amenés à venir et revenir à Poitiers. Les conditions de travail, la tradition épigraphique du lieu et les possibilités d’échanger sur les questions de culture écrite sont autant de points d’intérêt pour qui mène des recherches comme la mienne.

Edward Schoolman, en visite à Poitiers

Edward Schoolman, assistant professor at the University of Nevada, Reno, is spending a month in the CESCM as a visiting scholar. Specialist of Late Antique Italy and hagiography, he is now working on a new reserach project on Italian noble families.

Schoolman_IAS_Portrait

Why are you here at the CESCM?

I was invited by Vincent Debiais to take part in a workshop “Inscriptions et reliquaires” which he has organized with Elisa Pallotini (University of Utrecht), and further to spend some time at the CESCM to prepare my work on funerary culture. Vincent and I were members at the Institute for Advanced Study together in 2014-2015, where we discovered we had overlapping interests in the meaning and significance behind the display of inscriptions (although from different disciplinary perspectives). Because of the strengths of the CESCM and its scholarship, Poitiers has proved to be a wonderful place to spend a month to complete some of my research and writing in preparation for the workshop and the further develop a project on elements of secular funerary culture in the early Middle Ages, and in particular to move geographical beyond Italy into examples from France.  I am very much looking forward to feedback on my paper, “Texts, Bodies and Tombs: Secular Funerary Culture in Early Medieval Italy and Gaul,” which seeks to define and examine the long survival of secular (or non-Christian) practices and language connected to sarcophagi and commemoration.

Tell us about your teaching and other research activities?

I have been an assistant professor in the department of history at the University of Nevada, Reno (USA) since 2011, where I teach a range of courses on Roman, medieval and Byzantine history. Last year, I also taught two seminars, one on monasticism and the other on the transformation of elite status in Late Antiquity; my courses draw not only from literary evidence, but also from material culture.  Both of these aspects relate to my own research interests in the history of northern and central Italy, following a number of interrelated avenues of new ways to consider the transformation of the early medieval world with respect to religion and its various roles in society, through the lenses of identity and funerary culture, and in the surviving monuments, documents, and documentary records.  This work began with my thesis “Civic Transformation of the Mediterranean City: Ravenna and Antioch, 300-800 CE” which I completed at UCLA under the direction of Claudia Rapp in 2010, but has developed beyond the confines of the seventh century and those specific cities.

You have a forthcoming book?

Yes.  My first book, “Rediscovering Sainthood in Italy: Hagiography and the Late Antique Past in Medieval Ravenna,”1 will appear in September 2016 from Palgrave in the New Middle Ages series. Central to the book is the vita of Barbatianus, a holy man, monk, and confessor to the empress Galla Placidia in Ravenna. First written in the tenth century and derived from a number of other sources, the vita appropriates the late antique history of the city and its importance as capital of the Western Roman Empire as relevant to the city’s changing status within the empire of the Ottonians.  Using the cult of Barbatianus as a lens, the book tries to balance the varying forces at play in the city in the tenth century and the nature of Ravenna’s hagiographic landscape, and traces its development of the cult from its origins to the early modern period.  Although the book was very different in scope from the projects I am pursuing now, I think that funerary commemoration, the practices of veneration, and their cultural impact are all closely connected.

What are your expectations for this stay?

I have already received such generous hospitality from the members and staff of the CESCM, and I am looking forward to getting to know them better and make new contacts with possible future collaborators.  I will also continue to use the center’s resources, including the library, for the rest of my stay, but I am most grateful for the help and support I have already received.

  1. http://www.palgrave.com/us/book/9781137602718 []

Constant Mews au CESCM, l’Australie à l’honneur

Nous accueillons avec plaisir pour 3 semaines le Professeur Constant Mews, Directeur du Centre for Religious Studies de L’université de Monash (Australie) …. Un nom de chercheur qui nous est familier.

constant

Cher Constant Mews, dans quel cadre êtes-vous au CESCM ?

Je suis invité par le Professeur Éric Palazzo et par Marika Rasanen, chercheure finlandaise invitée au CESCM, pour participer à la journée d’étude Space and Sanctity: Sensory experience of devotion (1000-1500) le 20 mai 2016 et surtout, je travaille avec M. Palazzo pour un projet sur le culte de Thomas d’Aquin et l’histoire du transfert de ses reliques d’Italie vers la France … et l’histoire commence en Australie.

Il existe une belle collection de manuscrits médiévaux en Australie, dont un qui se nomme l’antiphonaire de Poissy, et un collègue, Jeff Richards (Université de Wuppertal), a découvert au cours d’une visite au State Library of Victoria, qu’il y existe le plus ancien témoin de la liturgie de la translation des reliques de Thomas d’Aquin ; j’en ai parlé à Patrick Geary à Los Angeles (UCLA) qui m’a dit qu’une chercheure finlandaise s’intéresse au sujet, c’est ainsi que j’ai connu Marika Räsänen : Jeff Richards, Marika Räsänen et moi-même sommes devenus une équipe.

Puis j’ai découvert un autre manuscrit à Bologne que j’ai donné à Marika en 2008 dans le cadre de sa thèse, ça l’a aidé à la terminer. J’ai été dans le jury pour la soutenance de sa thèse à l’université de Turku. Ces jours-ci nous terminons une édition de ce texte, c’est une des raisons de ma venue au CESCM.

La deuxième raison est que je termine une monographie sur mon sujet principal qui est « la révolution de la scolastique », l’évolution de la pensée religieuse au Moyen Âge. Et saint Thomas d’Aquin est l’un des principaux penseurs des XIIIe et XIVe siècles. Nous cherchons principalement autour des conditions sociales et politiques ayant permis l’évolution de cette pensée religieuse, et autour des critiques de la période de la patristique comme Augustin.

Mais on vous connaît plutôt pour vos travaux sur Abélard et Héloïse ?

Oui, c’est le sujet qui m’intéresse depuis très longtemps, cela a commencé avec mes études à l’Université de Auckland, en Nouvelle-Zélande de 1972 à 1976. Ensuite, à Oxford (1977 à 1980), j’ai fait une thèse de doctorat sur l’évolution de la dialogia, texte de Pierre Abélard dont j’ai fait une édition critique. Puis, j’ai vécu 5 années à Paris (1980 à 1985) où j’ai enseigné la civilisation britannique tout en faisant des recherches sur Abélard. Ensuite, après deux ans  à Sheffield, travaillant avec Prof. David Luscombe sur une édition de la Theologia de Pierre Abélard (1985-1987), j’ai par la suite obtenu un poste à Monash University en Australie en 1987. Là, j’ai découvert qu’on aimait pas trop Pierre Abélard à cause de son comportement envers Héloïse. Je me suis intéressé au sujet d’Hildegarde de Bingen, abbesse visionnaire du XIIe siècle. Pendant que j’écrivais un petit ouvrage sur Abélard, je suis tombé sur les Epistolae duorum amantium, une collection de lettres d’amour du XIIe siècle, lettres qui pourraient être une correspondance entre Pierre Abélard et Héloïse, mais personne n’a poursuivi cette question. En les lisant, j’ai été frappé par le vocabulaire spécialisé, par exemple : la femme, qui est une élève d’un philosophe célèbre, utilise l’expression si une « guttula scibilitatis (un néo-logisme, qui signifie « un goût de connaissabilité »)  puisse tomber de ta bouche, elle ne pouvait jamais trouver mots pour déclarer son amour pour lui. De mes études, je me suis rendu compte que la seule personne ayant utilisée ce terme c’est Abélard.

Ces lettres sont maintenant traduites en français par Sylvain Piron1 qui me suit dans l’hypothèse que ces lettres sont de vrais échanges de leur liaison. Le livre que j’ai écrit sur ces lettres, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France2 a été traduit en français : La voix d’Héloïse chez les éditions du Cerf en 20053. J’ai provoqué un grand débat sur l’authenticité de ces lettres.

J’ai aussi écrit sur la culture philosophique, religieuse et historique du XIIe siècle et je commence à beaucoup travailler sur les XIIIe et XIVe siècles.

D’où vous vient cet attachement pour le CESCM ?

J’ai beaucoup de respect pour les travaux effectués au centre. J’avais invité le professeur Éric Palazzo en Australie, et nous nous sommes découverts des intérêts communs car je m’intéresse beaucoup  à l’histoire de la liturgie et de la musique au Moyen Âge. En Australie nous avons une équipe qui travaille sur les textes de la théorie de la musique des XIIIe et XIVe siècles. J’aime beaucoup ce côté interdisciplinaire du CESCM qui me paraît très important : le fait de mettre en lien art, musique, histoire, littérature … c’est rare en France de faire de tel. J’aimerais beaucoup voir se développer des contacts avec les chercheurs australiens et ceux de Poitiers.

Je suis venu à Poitiers en mars 2015, donner une conférence pour rendre l’invitation faite à Éric Palazzo, sur invitation de ce dernier et du Professeur Martin Aurell. De plus, Martin Aurell m’a invité à donner une conférence pour les Semaines d’études médiévales 2017, encore une occasion dont je me réjouis pour revenir à Poitiers, en compagnie de mon épouse.

Pour finir, la semaine prochaine nous allons tourner un film avec le documentariste Jean-Pierre Gibrat à Troyes à l’abbaye du Paraclet, abbaye qu’Abélard a créé pour Héloïse.

 

  1. Sylvain PIRON, Lettres des deux amants attribuées à Héloïse et Abélard, Paris, Gallimard, 2005, 217 p. []
  2. Constant MEWS, The Lost Love Letters of Heloïse and Abelard: Perceptions of Dialogue in twelfth-century France, New York, Saint-Martin press, 1999, 378 p. []
  3. Constant MEWS, Émilie CHAMPS (trad.), La voix d’Héloïse : un dialogue de deux amants, Fribourg, Acad. Press, Paris,  éditions du Cerf, 2005, 347 p. []