Archives de catégorie : Colloques …

Après-midi histoire de l’art aux Semaines d’études médiévales

Deux approches, deux objets, deux styles très différents que ceux de Michele Bacci et d’Éric Palazzo. Les deux conférences prononcées en ce lundi après-midi, dans le cadre des Semaines d’études médiévales, ont pourtant suscité un même intérêt parmi les stagiaires et les auditeurs.

Nativity_Grotto_Star

 Michele Bacci, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Fribourg, a proposé une conférence consacrée à l’évocation des lieux saints de Jérusalem en dehors de Palestine. En explorant un vaste territoire, de l’Éthiopie à l’Inde, de la Géorgie à la Péninsule Ibérique, Michele Bacci a montré comment l’art médiéval a su créer des « lieux alternatifs » dans lesquels pouvaient s’exercer les pratiques dévotionnelles des fidèles, par rivalité, promotion, analogie, mimétisme ou synecdoque. S’intéressant aussi bien aux formes architecturales qu’aux décors de ces édifices, nouveaux saints sépulcres d’Occident, Michele Bacci a attiré l’attention sur la complexité de ces phénomènes de reprise qui ne furent pas toujours synonymes de translation en dehors de Palestine de la sacralité des traces néotestamentaires.

Sacr_Gellone_1v

Éric Palazzo, professeur d’histoire de l’art médiéval à l’Université de Poitiers (CESCM) et membre sénior de l’IUF, a quant à lui entraîné les stagiaires, en seconde partie d’après-midi, dans une exploration des cinq sens dans l’art médiéval. Si ce thème très large est au cœur de ses recherches actuelles et le sujet d’un livre à paraître prochainement, l’auteur a choisi de se concentrer, pour cette Session d’été, aux images du sacramentaire gélasien, en particulier les lettres ornées du rituel baptismal dans le sacramentaire de Gellone. Après une introduction très riche sur la question des sens au Moyen Âge et sur le contexte liturgique de production et d’utilisation du sacramentaire, Éric Palazzo a invité le public à regarder ces images dans la perspective d’une activation par les sens du contenu de la représentation et du texte placé en regard. Fondée sur la théologie de l’Incarnation et l’exégèse du rituel d’une part, et sur une lecture fine de l’élaboration savante de la figure des évangélistes d’autre part, la conférence d’Éric Palazzo soulève de nouvelles questions très prometteuses.

Les partages héraldiques au Moyen Age, réflexions et perspectives

Hablot(2013-06-20)Les 11 et 12 juin dernier se sont tenues à Poitiers les 3e journées d’études héraldiques consacrées cette année au thème des partages héraldiques. Une quinzaine de chercheurs européens, comptant parmi les meilleurs spécialistes actuels, se sont retrouvés pour confronter leurs analyses des diverses situations qui conduisent un même individu à porter dans ses armoiries celles conjointes de sa famille et d’un tiers : armes d’alliance matrimoniale, de fonction religieuse ou civile, d’affiliation politique ou communale, de prétention, mémoire d’une affinité vassalique, militaire, d’un lignage de la parentèle, distinction honorable, etc.La richesse des communications et des échanges a permis de souligner un certain nombre de points essentiels à la compréhension de ce phénomène qui concerne près de 10% des armoiries des XIVe et XVe siècle.

Cette rencontre a notamment confirmé l’étendue du sujet, la diffusion de la pratique et sa relative cohérence chronologique. Ces partages sont le reflet d’un système sémiologique parvenu à maturité, de sa volonté et de sa capacité de répondre aux besoins des hommes de ce temps en matière de représentation sociale et politique. Cette richesse et cette diversité imposent toutefois l’élaboration de définitions claires des situations de partages qui manquent encore à la science héraldique

Ces cas de partages révèlent également l’incroyable souplesse du système du blason qui joue littéralement avec les infinies possibilités d’un type de signes pourtant extrêmement codifié et encadré par des règles. Loin de traduire la sclérose de l’héraldique couramment dénoncée, ces partages en révèlent l’incroyable créativité. Cette inventivité impose toutefois à ses interprètes modernes de posséder un « œil » particulièrement exercé qui leur permettra d’identifier et de traduire les multiples combinaisons. Ces partages, parfois si subtils, confirment qu’il existe bien une véritable culture héraldique, un langage dont les contemporains ont dû plus ou moins maîtriser les clefs dans la mesure où ils étaient alors en totale immersion dans ce monde héraldique que nous nous efforçons de percevoir aujourd’hui.

Toutefois la variété des cas de figures présentés n’interdit pas de souligner un certain nombre de constantes. Ces partages ont à l’évidence comme fonction d’augmenter le caractère honorable des armoiries portées. Ils exposent publiquement un pouvoir, des droits – réellement exercé ou seulement revendiqués – une fonction honorable, un événement glorieux, une ascendance illustre, une affinité prestigieuse. C’est un outil de valorisation avant tout, une surenchère de l’honneur déjà contenu dans les armoiries. De ce fait ces combinaisons sont étroitement liées à la mémoire et contribuent à renouveler ou à susciter une lecture symbolique de ce signe emblématique. On ne doit donc pas s’étonner des nombreuses légendes familiales venues se greffer à l’époque moderne sur ces armoiries partagées.

Ces partages sont là pour nous questionner sur leurs raisons d’être et nous avons tenté, durant ces deux jours, de répondre de notre mieux à ce séduisant appel. Nous espérons vivement qu’une prochaine publication permettra au plus grand nombre de partager ces réflexions héraldiques !

 

 

Semaines d’études médiévales 2013 – Conférence de Martin Aurell

« Joyeuse », l’épée du sacre des rois de France, est le point de départ qu’a choisi par Martin Aurell, professeur d’histoire à l’Université de Poitiers et membre du CESCM, pour commencer sa conférence sur « Le glaive : symboles et société » prononcée dans le cadre des Semaines d’études médiévales.

290px-Epée_JoyeuseAu cours de cet exposé, préambule à une recherche de grande envergure, Martin Aurell a proposé deux axes de réflexion : d’abord, un aperçu des mythes et des croyances anciennes, héritage culturel symboliquement riche sur lequel s’ancrent certaines pratiques sociales de l’épée au Moyen Âge ; ensuite, le discours de l’Église le glaive et ses usages.

La première partie de la conférence de Martin Aurell était consacrée à une approche comparatiste faisant dialoguer les mythologies grecque, latine, scandinave et germanique avec la littérature médiévale, principalement la matière arthurienne. En accordant une place importante au merveilleux (avec des découvertes surnaturelles d’épées, véritables talismans confiés à un héros qui s’identifie complètement à son arme), ces récits dénotent un attachement affectif très fort de la part du guerrier à son glaive, symbole de sa force et de sa légitimité, mais aussi de celles de son lignage. Offerte en gage, en garantie ou en cadeau, l’épée traverse le temps et l’espace de la fiction médiévale.

Dans un deuxième temps, et en partant de la belle plaque émaillée du tombeau de Geoffroy, aujourd’hui au Musée du Mans, Martin Aurell a analysé quelques-uns des discours produits par le milieu ecclésiastique sur l’épée, en particulier sur les épées mentionnées dans le Nouveau Testament et la naissance de théorie des deux glaives. Martin Aurell montre ainsi que l’épée des mythes est peu à peu christianisée. Elle acquiert un pouvoir et une fonction spirituels ; elle sert l’Église dans la propagation de la foi et la lutte contre les infidèles ou les hérésies.

Richement illustré, appuyé sur un dossier textuel très fourni, l’exposé de Martin Aurell a encore une fois démontré l’ampleur des connaissances de son auteur, notamment dans la matière littéraire, ses qualités d’orateur et la richesse des questionnements formulés.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Geoffrey_of_Anjou_Monument.jpg

[17 au 28 juin] Semaines d’études médiévales 2013 – CESCM

Manifestation internationale interdisciplinaire organisée par le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM) de l’Université de Poitiers.

E. NAU / CESCM

Les Semaines d’études médiévales se tiendront du 17 au 28 juin 2013 à Poitiers. 

La conférence d’ouverture sera assurée par Piotr SKUBISZEWSKI.

 

 

 

Le CESCM organise depuis 1954 une session annuelle internationale de formation qui regroupe une quarantaine d’étudiants, doctorants et jeunes chercheurs, français et étrangers.

Les conférences, les séances de travail autour des ressources documentaires, les excursions et visites au programme des stagiaires sont proposées par des spécialistes du Moyen Âge venus du monde entier. Cette manifestation interdisciplinaire, unique en son genre, a contribué à construire et à renforcer, depuis une cinquantaine d’années, un solide réseau national et international dans le domaine de l’étude du Moyen Âge.