Tous les articles par Matteo Ferrari

La base ArmmA. Armorial monumental du Moyen Âge est en ligne

La base ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/), élaborée sous un logiciel WordPress par le service informatique I-Médias de l’Université de Poitiers, constitue l’interface web du programme de recherche Armorial Monumental du Moyen Âge lancé en janvier 2014 au Centre d’études supérieures de civilisation médiévale de l’Université de Poitiers. Dirigé par Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (Paris, EPHE), ce programme de recherche vise, sur le long terme, à offrir une couverture la complète possible et une étude approfondie des représentations héraldiques monumentales produites dans la France médiévale (conservées ou documentées par des sources textuelles ou iconographiques), toutes techniques et supports confondus : peinture murale, sculpture sur pierre et sur bois, vitraux, œuvres en bronze etc.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l'Hotel d'Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

R. de Gaignières, Armoirie de Raoul du Fou, sculptée sur le portail de l’Hotel d’Evreux à Poitiers. BnF, Est. Réserve Pe-8-Fol.

Étudiant les pratiques héraldiques de mise en signe de l’espace à partir des attestations matérielles, le programme ArmmA se propose aussi d’intervenir en faveur de la conservation d’un patrimoine d’images souvent encore méconnu et de ce fait parfois plus exposé aux risques d’endommagement ou de destruction.

Le premier volet expérimental du programme, financé par l’Université de Poitiers et par la Direction des Affaires Culturelles Nouvelle Aquitaine, avait initialement l’objectif d’offrir une couverture totale du patrimoine héraldique des départements qui formaient, jusqu’à la réforme territoriale de 2015, la région Poitou-Charentes. Face à l’abondance des attestations relevées dans les premiers mois de travail, il a toutefois été nécessaire de restreindre l’aire d’enquête afin d’atteindre une couverture la plus homogène possible du phénomène sur un territoire donné. La recherche a donc porté essentiellement sur la ville de Poitiers et sur le département de la Vienne, avec quelques incursions dans les territoires limitrophes (département de la Charente et, surtout, des Deux-Sèvres) appartenant jadis au Poitou historique. Si l’inventaire dressé dans la phase préliminaire du projet recensait, dans toute la région Poitou-Charentes, une centaine de monuments caractérisés par des éléments héraldiques (pièces isolées ou décors plus complexes), à ce jour le catalogue des monuments « héraldisés » s’élève à 300 items uniquement pour la Vienne.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Clef de voûte aux armes de Pierre de Combarel. Beaumont, église Notre-Dame.

Datés entre la première moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XVe siècle, les décors recensés appartiennent autant aux monuments les plus célèbres de la région (tels que l’abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe ou les Palais des Comtes de Poitiers) qu’aux œuvres d’utilité publique (ponts, remparts, halles et fontaines) et aux bâtiments résidentiels les plus communs (comme les maisons « armoriées » de Poitiers). Les écus désormais dépourvus de figurations héraldiques et ceux illisibles en raison de martelage ou de grattage sont également pris en compte documentant, d’un côté, des pratiques héraldiques peu connues (les armoires d’attente comme au château de Chalandray, par exemple), de l’autre, les réactions que ces images ont pu susciter à certains moment de l’histoire (à la Révolution, le bûchage systématique des armoiries aux fleurs de lys). Les pièces conservées hors de leur contexte d’origine font aussi l’objet d’études monographiques (c’est le cas des œuvres héraldiques conservées dans les réserves du Musée Sainte-Croix de Poitiers).

Au fur et à mesure que l’étude de cette masse documentaire avance, les informations élaborées sont organisées et rendues disponibles sur le site ArmmA (http://base-armma.edel.univ-poitiers.fr/) sous la forme de notices qui fournissent une description analytique et une interprétation des « unités » héraldiques répertoriées (210 notices ont été publiées à ce jour). La carte interactive affichée sur la page d’accueil du site constitue l’accès principal aux articles monographiques ; le lien peut être assuré à la fois par le biais de la navigation interne et par le moteur de recherche placé en contrebas. Dans cet espace les monuments s’annoncent d’abord par le biais d’icônes qui différencient les bâtiments répertoriées par types fonctionnels (château, église, édifice résidentiel…), ensuite par des onglets contenant une image de présentation et un bouton qui renvoie à la notice complète. Une sélection des monuments inventoriés sur la base de leur destination d’usage est également possible.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Gerorges, chœur.

Clef de voûte aux armes de Charles de Norroy. Targé, église Saint-Georges, chœur.

 Se conformant à une structure homogène, ces notices fournissent d’abord des informations de synthèse sur l’histoire monumentale et patrimoniale du bâtiment, pour passer ensuite à l’examen des éléments héraldiques conservés ou documentés à l’intérieur. Ces derniers sont décrits, identifiés, interprétés sur la base des documents textuels et des pratiques héraldiques connues, mais aussi en fonction de leur rapport avec l’espace architectural et, si c’est le cas, avec d’autres ornements présents dans le même bâtiment. Pour simplifier le repérage des éléments armoriés à l’intérieur de l’édifice, ces derniers sont numérotés. Les numéros d’identification sont donc transcrit sur le plan qui accompagne, quand il est nécessaire, la notice (voir, par exemple, les notices consacrées au château d’Angles-sur-l’Anglin et au clocher-porche de l’abbaye Saint-Maixent à Saint-Maixent-l’École). Les notices sont complétées par une bibliographie essentielle, formée par les sources et les études utilisées dans l’étude, et par une riche documentation photographique réalisée sur place au cours de nombreuses missions de terrain organisées afin d’examiner les décors héraldiques répertoriés dans leur contexte d’exposition. Des liens hypertexte permettent de renvoyer le lecteur à d’autres notices publiées dans la base ou à des sources textuelles, à des études et à des matériaux iconographiques disponibles sur le web, notamment dans d’autres bases consacrées à l’emblématique médiévale (Sigilla, Devise, Bibale etc.) (voir, par exemple, la notice sur l’église de Chatillon-sur-Thouet).

Les « notices monuments » sont accompagnées par des « notices armoiries » (à ce jour, la base en compte 720), qui s’affichent à la base des articles monographiques. Il s’agit de fiches synthétiques qui proposent l’« édition » de chaque élément héraldique inventorié : c’est-à-dire son blasonnement (les ornements extérieurs éventuels sont aussi mentionnés et décrits), son identification, sa chronologie (établie par tranches de quart de siècle), la description de son emplacement sur la base d’un thesaurus préétabli et l’indication de la techniques d’exécution (voir la notice sur les stalles des Jacobins de Poitiers). Ces fiches héraldiques sont complétées par l’image de l’armoirie dans son état actuel (ou documenté, quand il s’agit d’une pièce perdue mais relevée) et par sa reconstruction graphique avec la réintégration des couleurs (cette dernière est pour le moment réalisée par le biais de logiciels de dessin héraldique en accès libre sur internet, tel Héraldique 8.0).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l'église Saint-Paul, Poitiers).

Cul-de-lampe aux armes des Riom. Poitiers, Université SHA (provenant de l’église Saint-Paul, Poitiers).

Les indications qui complètent les « notices armoiries » génèrent des index qui sont interrogeables via le masque de recherche affiché sur la colonne de gauche de la page d’accueil. Il est ainsi possible de lancer une recherche par chronologie, par type de support armorié, par technique et par personnage/famille. Un deuxième masque de recherche est également disponible et permet d’effectuer une recherche avancée, combinant les indicateurs susmentionnés. Cet outil s’avère particulièrement efficace, entre autres, pour la recherche sur la commande artistique, permettant, par exemple, d’établir facilement la liste de représentations héraldiques relatives à une famille ou à un individu dans un laps de temps établi (ex. Pierre d’Amboise, 1475-1500). Enfin, un moteur de recherche est consacré à la recherche par termes de blasonnement, permettant de visualiser toutes les occurrences répertoriées de l’élément du blason recherché (partition, meuble, couleur) (ex. « lion de gueules »).


[10 février] Humanités numériques et bases de données emblématiques ARMMA – Armorial monumental du Moyen Âge

Humanités numériques et bases de données emblématiques

ARMMA – Armorial monumental du Moyen Âge

Vendredi 10 février 2017 à 14 h

au CESCM (salle Crozet)

affiche-journee-armmaLa journée, organisée à l’occasion de la mise en ligne de la Base ArmmA, a pour objet de présenter les bases de données, consacrées à l’héraldique et à l’emblématique médiévale, développées récemment au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale de Poitiers.

Le programme ArmmA (ARmorial Monumental du Moyen Âge) a été initié en 2014 par le CESCM en partenariat avec la DRAC Nouvelle Aquitaine (ex Poitou-Charentes). Il s’applique à une catégorie d’images omniprésentes dans l’horizon visuel de l’homme médiéval mais en grande partie encore délaissées par la recherche scientifique : les décors héraldiques. Il vise précisément à établir, sur le long terme, un recensement complet et une étude scientifique de toutes les figurations héraldiques monumentales médiévales (fin XIIe-début XVIe siècle) produites dans les limites de la France actuelle.

L’enquête a débuté par un volet consacré au patrimoine héraldique du Poitou et prend également en compte les figurations disparues mais documentées et les pièces isolées conservées hors de leur contexte d’origine (collections des musées notamment). Chaque décor armorié a été étudié in situ et analysé en rapport avec son contexte monumental, fonctionnel, artistique, sémantique et patrimonial. L’objectif du programme n’est pas uniquement d’avancer dans la connaissance scientifique des pratiques héraldiques au Moyen Âge, mais également de contribuer à la valorisation et à la conservation d’un patrimoine iconographique méprisé ou en péril.

Voir le programme en ligne


PROGRAMME

13h30 – Accueil des participants

14h – Ouverture de la journée, introduction par Martin Aurell (Directeur du CESCM)

Interventions de Matteo Ferrari (CNRS-CESCM) et Laurent Hablot (EPHE Paris-SAPRAT)

14h15 – Présentation du programme ArmmA

15h – La base ArmmA : structure et fonctionnement

15h45 – pause café

16h – Deux cas d’études : les programmes héraldiques de l’abbaye de Nanteuil-en-Vallée et le décor disparu des Jacobins de Poitiers

16h45 – Les bases Devise et Sigilla

17h30 – Clôture de la journée

 

La Base DEVISE : le résultat de plus de dix ans de recherches

Le résultat de  plus de dix ans de recherches

Devise2-300x63

La base DEVISE est issue des recherches de thèse de Doctorat de Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir. Les devises et l’emblématique des princes en Europe à la fin du Moyen Age, soutenue en 2001 à l’Université de Poitiers sous la direction des professeurs Michel Pastoureau et Martin Aurell.

Elle recense l’ensemble des devises répertoriées et étudiées à l’occasion de ce travail de recherche ainsi que les nombreuses informations ajoutées depuis plus de dix ans a ce corpus initial grâce à de nouvelles recherches et a de nombreuses et très fructueuses collaborations.

Les annexes d’une publication

La matière fournie par le corpus initial et les recherches de thèse ont donné lieu à une publication (en cours) aux éditions Brepols dans la collection Culture et société médiévale

La structure

La base DEVISE est organisée autour de notices dédiées à un emblème donné : devise, mot, couleur ou lettres. Elle est interrogeable par …

  • Personnage
  • Famille
  • Aire géographique
  • Période
  • Devise
  • Mot emblématique
  • Couleurs emblématiques
  • Lettres emblématiques

Contenu 

Actuellement la base compte à peu près 300 devises et 200 personnages, à terme elle doit compter plus de 2000 emblèmes (devises, mots, couleurs de livrée, chiffres et monogrammes) et présenter environ 1000 à 1500 personnages.

Un projet collaboratif

Cette base à pour ambition de rassembler l’ensemble des données relatives aux devises européennes de la fin du Moyen Age et de la première Renaissance (1350-1550).

Elle permet aux chercheurs qui le souhaitent de s’associer en qualité de contributeurs à cette initiative en signalant les nouvelles occurrences répertoriées, en complétant ou en corrigeant les notices en ligne (webmaster : laurent.hablot@univ-poitiers.fr)

Accès à la base Devise

Remerciements :

Cette recherche a bénéficié du soutien et des découvertes de nombreux chercheurs. Qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés.

Parmi eux il convient de citer notamment :  Álvaro Fernández de Córdova Miralles, Bertrand Schnerb, Christian de Merindol, Colette Beaune, François Avril, Hanno Wijsman, Inès Villela-Petit, Jean-Bernard de Vaivre, Laurent Vissière, Luisa Gentile, Marc-Edouard Gautier, Maria Narbona Carceres, Michaël Jones, Michael Siddons, Michel Pastoureau, Miguel Metelo de Seixas, Philippe Contamine, Werner Paravicini

Compte-rendu du colloque « Empresas-Devises-Badges » (Batalha, Portugal, 18 au sept. 2014)

Colloque International, Batalha (Portugal) : Un code emblématique européen (1350-1550) = Um codigo emblematico europeu (1350-1550)

Miguel, Pastoureau, Hablot (cliché M. Ferrari)

Du 18 au 20 septembre, dans le cadre exceptionnel du monastère de Batalha, au Portugal, a eu lieu le colloque international « Empresas, devises, badges », organisé par Miguel Metello de Seixas (Universitade Nova de Lisboa, Centre d’Etudes Médiévales/Centre d’Histoire d’Outre-mer) et Laurent Hablot (Université de Poitiers, Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale, École française de Rome), en étroite collaboration avec le directeur du site, Joaquim Ruvo.Panthéon funéraire de la maison royale d’Avis, le monastère de Batalha est un véritable musée de la devise et offre donc un contexte idéal pour réfléchir à ce type particulier de signe, caractéristique du vocabulaire emblématique et ornemental de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Les devises, signes emblématiques, sont composées d’une figure (animaux réels et imaginaires, végétaux, outils et objets du quotidien etc.), toujours représentée de façon réaliste, parfois complétées par une parole ou une courte sentence (le mot ou motto), des lettres ou chiffres et des couleurs. Nées au début du XIVe siècle, probablement dans les cours princières d’Angleterre et de France, ces devises se diffusent rapidement dans toute l’Europe occidentale (celle qui correspond aux frontières de la chrétienté romaine) et conquièrent progressivement d’autres milieux sociaux (petite noblesse, bourgeoisie). Les devises, initialement conçues comme des signes personnels, enrichissent ainsi la panoplie héraldique d’un nouveau motif à la fois emblématique – parce qu’elles servent à identifier leurs porteurs –, symbolique – parce qu’elles renvoient aux qualités morales, aux goûts, aux valeurs et aux attentes de leurs propriétaires -, et politique – parce que leur utilisation peut être commune à un groupe de fidèles.

Armoirie royale, monastère de Batalha (Cliché M. Ferrari)
Armoirie royale, monastère de Batalha (Cliché M. Ferrari) 

Bien que dans ces dernières années les recherches sur les devises médiévales aient été de plus en plus nombreuses et innovantes sur le plan des contenus et de la méthode d’analyse, ce sujet d’étude n’avait jusqu’à présent jamais fait l’objet d’une rencontre scientifique spécifique, qui permettait de les analyser dans leur nature complexe de phénomène appartenant pleinement à l’histoire culturelle. Le colloque de Batalha a donc d’abord eu le mérite de réunir des experts reconnus de l’emblématique médiévale aussi bien que des chercheurs qui viennent d’entamer des recherches dans ce domaine ou qui ont occasionnellement abordé le sujet. L’appartenance des participants à des domaines d’études différents (histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie, épigraphie) aussi bien que leurs origines géographiques diverses (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Japon, Portugal) ont offert les conditions favorables pour conduire une réflexion transversale sur le phénomène, en relation étroite avec sa chronologie, sa distribution géographique, ses composantes figuratives et littéraires.

Les devises ont été ainsi examinées depuis leur première apparition jusqu’aux temps modernes, afin d’en évaluer les caractéristiques, les transformations et les survivances au fil des siècles en dépit d’un lexique très souple et changeant. Un regard plus ciblé a été naturellement porté vers la phase de splendeur et de diffusion maximale de ce code visuel. On en a alors examiné les milieux sociaux d’adoption – les rois, les princes, les grandes familles de la bourgeoisie européennes, les villes – aussi bien que les lieux et les supports, jamais fortuits, où elles ont été représentées.

Structuré en huit sessions thématiques, le colloque a d’abord exploré la question des origines de ce nouveau code emblématique (XIVe-début XVe siècles), par le biais de quelques études de cas, notamment consacrées aux familles florentines à l’époque des premiers Médicis, aux seigneuries de l’Italie du nord et aux devises de Charles VII.

"capelas imperfeitas", monastère de Batalha (cliché M. Ferrari)
« capelas imperfeitas », monastère de Batalha (cliché M. Ferrari)

L’examen des modalités d’utilisation et de la valeur sémantique des devises représentées à l’intérieur des espaces sacrés, entre Portugal (monastère de Batalha) et France (Saintes-Chapelles des Bourbons), a été suivi par une riche série de communications autour du thème des devises adoptées par les princes, les plus grands consommateurs de ce code emblématique qui, même au temps de sa plus ample diffusion, conservera toujours un aspect élitaire. Le voyage entre les cours d’Aragon, de France, de Portugal, du Piémont (Saluzzo) et de Bretagne n’a pas ignoré la question du rôle des femmes comme créatrices et utilisatrices de devises (Marguerite d’Orléans, Louise de Savoie).La maison royale de Portugal, « hôtesse » du colloque, a été objet d’une étude ciblée qui a prouvé l’appartenance de toutes les devises adoptées par ses différents membres à un programme doctrinaire et esthétique cohérent et leur utilisation à l’intérieur d’une stratégie de consolidation par l’image du pouvoir royal. Tout au long de son existence, la devise développa donc des formes nouvelles, donnant naissance par exemple aux emblèmes littéraires (André Alciat), et connut une large diffusion qui intéressa même la moyenne noblesse ou la riche bourgeoisie, comme le démontrent le susmentionné cas florentin (Rucellai) où les exemples portugais analysés au cours de la 6ème session.

Enfin, le dernier jour a été consacré, d’une part à l’exploration de certains usages singuliers des devises – à la fois reproduites sur les armements ou encore décrites dans les actes diplomatiques –, de l’autre à leurs survivance à l’époque moderne dans la littérature du genre, à sa transmission à l’intérieur du même lignage, à son introduction dans l’héraldique municipale (notamment portugaise) en signe de fidélité à la maison royale. Enfin, les visites programmées au monastère de Batalha et au couvent de l’Ordre du Christ de Tomar ont données l’opportunité de poursuivre in vivo les débats nés dans la salle du colloque.

Bien que l’absence de spécialistes de l’aire anglo-saxonne ou germanique ait peut-être empêché d’avoir une vision complète du phénomène sur le plan géographique, la grande variété des sujets abordés et la rigueur méthodologique des communicants ont amplement souligné le fait que l’étude des devises dépasse de très loin la seule question des signes d’identité mais permet plutôt d’explorer les motivations profondes de ces choix en les reliant à des moments ou à des contextes historiques précis. Ces devises éclairent donc avec une grande acuité la formation culturelle, le tempérament et l’horizon moral de l’individu, ses liens familiaux et personnels et révèlent les processus d’autoreprésentation si caractéristiques des élites de la fin du Moyen Âge.