Tous les articles par Martin Aurell

La Chine à l’honneur au CESCM

HUANG Yanhong et son épouse HU Wei sont chercheurs invités  au CESCM, de juin à novembre 2017. Yanhong vient de l’Institut d’histoire Mondial de l’Académie chinoise des Sciences Sociales et ses domaines de recherches comprennent l’Ancien Régime, la France médiévale et l’historiographie française. Il a publié une monographie sur les privilèges fiscaux de France au XVIIIe siècle et traduit une dizaine d’ouvrages historiques français et anglais. Cette interview montre que son réel intérêt va vers l’histoire du Moyen Âge. Une passion partagée avec son épouse Wei, qui se spécialise dans la littérature médiévale et renaissance et prépare une thèse à l’université d’Harvard.

Cliché V. Ernst-Maillet/CESCM

Pourquoi avoir choisi de venir au CESCM et à Poitiers ?

Yanhong : J’ai accepté un gros travail en lisant Georges Duby et je fais des recherches à son sujet ; un article de Martin Aurell, qui a été son élève, a retenu mon attention. Je lui ai écrit pour lui présenter mon projet de recherche et il nous a invités. C’est comme ça que nous sommes entrés en contact.

Poitiers est une ville très connue parmi les historiens chinois et même les lycéens, avec 2 dates capitales indiquées dans nos manuels scolaires : 732 et 1356.

Wei : quant à moi c’est le comte du Poitou, Guillaume IX d’Aquitaine qui fait lieu de référence pour Poitiers, et aussi le Prince d’Aquitaine à la Tour abolie.

Yanhong : la France est un pays très « centraliste »  et on parle toujours de Paris : Poitiers a le grand intérêt de n’être pas Paris, de se situer à la charnière entre le nord et le sud.

Wei : Oui, nous voulions connaître la « Douce France »  comme on dit dans la Chanson de Roland.

Quel est justement votre projet de recherche ?

Yanhong : en fait j’ai 3 projets : 1/ la rédaction de l’histoire capétienne en 300 pages environ en chinois, ce qui est conséquent dans notre langue. 2/ j’écris un article sur un grand débat historiographique au sujet de « la mutation de l’an mil » à partir de l’ouvrage de Georges Duby : je veux présenter et analyser le débat qui a lieu autour. 3/ Je souhaite aussi faire une synthèse sur les ouvrages de G. Duby, cela nécessite beaucoup de travail et de lecture, de recherches et de consultations d’archives. Ici, on a la possibilité de consulter beaucoup de livres précieux, qui sont inaccessibles en Chine.

Wei : Mes recherches portent sur les romans et l’hagiographie du XIIIe siècle. Je travaille aussi sur le renouvellement de l’intérêt pour le Moyen Âge dans la littérature du XIXe siècle. Une fois en France, on découvre les recherches françaises, et on gagne une perspective plus ouverte que celle plus limitée des écrits anglophones. La bibliothèque universitaire est magnifique, et je suis impressionnée par la collection médiévale de la bibliothèque municipale.

Que vous apporte cette expérience à Poitiers ?

Yanhong : je trouve l’atmosphère très bonne, une grande hospitalité, on se sent comme dans une famille et c’est agréable de voir autant d’activités académiques.

Wei : c’est très émouvant pour nous de voir et réfléchir comment les français ont laborieusement sauvegardé leur patrimoine et préservé leur domaines historiques, et fait avancer les recherches historiques. Les étudiants inscrits dans le programme médiéval sont nombreux.

Yanhong : les conditions de vie et de recherches à Poitiers sont très bonnes et nous espérons vraiment revenir.

 

Un collaborateur appréciable aux Archives de la Vienne

Nous avons le plaisir de retrouver Gaël Chenard, ancien étudiant du CESCM, pour de nouvelles prises de fonctions à Poitiers.

Il nous raconte son parcours, ses projets.

Cher Gaël, vous avez été étudiant au CESCM, rappelez-nous votre parcours :

J’ai suivi un double cursus à partir de mon Master II (2005) au CESCM et à l’École des Chartes. Je suis archiviste paléographe depuis ma sortie de l’École nationale des chartes en 2008. J’ai intégré en 2008 l’Institut National du Patrimoine et suis devenu  conservateur du patrimoine en 2009.

Dans le même temps, j’ai débuté ma thèse sur L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271). Par intérêt réel pour l’histoire médiévale, un ancrage était logique au  CESCM.

En juillet 2009, j’ai pris mes fonctions comme Directeur des archives de Hautes-Alpes, à Gap.

Tout en exerçant mes fonctions j’ai poursuivi cette thèse, que j’ai soutenue en décembre 2014 à l’École des Chartes et dont vous étiez le co-directeur avec Olivier Guyotjeanin, cher Martin1

Vous êtes désormais en poste à Poitiers, comment voyez-vous le futur :

J’ai été nommé directeur des Archives départementales de la Vienne, à Poitiers2 début 2017, et suis ravi de ce retour.

À titre personnel et ce après une période d’atterrissage, je souhaite poursuivre des recherches sur la comptabilité et les moyens de gouvernement au XIIIe siècle. Je travaille de plus au projet de publication de ma thèse.

Concernant mon activité professionnelle, les archives départementales ont un fonds considérable et notre rôle de service public premier, est de permettre un maximum d’accès aux 25km linéaires de documents que nous possédons. Car nos maîtres mots sont les 4C : «  Collecter, Classer, Conserver, Communiquer ».

IL est important de poursuivre de plus le travail de numérisation. Notons que depuis quelques années Pierre Carouge, directeur-adjoint des archives, mène un projet avec SIGILLA, qui consiste en une identification et description des sceaux de notre fonds, en vue d’une numérisation.

Cela permettrait donc des collaborations avec le CESCM ?

Notre fonds est effectivement peu voire pas exploité par les chercheurs et les étudiants, il n’y a pas de réel partenariat. C’est pourquoi je souhaite intervenir en amont dès les cours de licence, comme cela a été le cas le 7 avril dernier, afin de valoriser notre important fonds médiéval.

Notons aussi que lors des Semaines d’études médiévales 2017, aura lieu une présentation de Documents originaux des Archives départementales par Pierre Carouge et moi-même, le mardi 27 juin à 16h.

Il reste d’autres pistes à réfléchir, pourquoi pas un projet ANR de numérisation.

Merci cher Gaël, je ne doute pas que nous aurons bien des projets à mettre en place avec vous, d’autant que vous êtes désormais membre associé du CESCM, ce dont nous nous réjouissons.

  1. voir billet rédigé par Alain Provost : http://cescm.hypotheses.org/3279 []
  2. Archives départementales – 30 rue des Champs Balais, POITIERS, http://www.archives.departement86.fr/ []

[5 avril] Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Le CESCM a le plaisir de recevoir, les 4 et 5 avril 2017, Emilia Jamroziak, Directrice de l’Institut of Medieval Studies de la prestigieuse université de Leeds, avec laquelle le CESCM collabore pour la BCM.


Was There a crisis of monasticism in the Late Middle Ages?

Mercredi 5 avril de 14h à 16h

Salle Gaston Berger (CESCM, 24 rue de la Chaîne, Poitiers)

Spécialiste d’histoire monastique, Emilia Jamroziak, professeur d’histoire médiévale et directrice de l’Institute for Medieval Studies à l’Université de Leeds, étudie les interactions entre les institutions religieuses, et plus particulièrement les monastères cisterciens dans leurs relations avec les laïcs, aussi bien en Grande-Bretagne qu’en Europe centrale ou en Scandinavie.

Principaux ouvrages : Rievaulx Abbey and its Social context (2004)1, Survival and Success on Medieval Borders (2011)2 , The Cistercian Order in Medieval Europe 1090–1500 (2013) 3

Emilia Jamroziak dirige l’Institute for Medieval Studies de l’Université de Leeds, avec lequel le CESCM collabore étroitement dans le cadre de la Bibliographie de Civilisation Médiévale. Nos centres respectifs préparent une convention pour faciliter les échanges d’étudiants de Master, de doctorants, d’enseignants et de chercheurs. Le mardi 4 avril, Emilia Jamroziak participera à la journée organisée par la chaire régionale d’histoire monastique de Cécile Treffort.

  1. E. JAMROZIAK, Rievaulx Abbey and its Social Context, 1132-1300
    Memory, Locality, and Networks, Brepols, 2004, xii-252 p. []
  2. E. JAMROZIAK, Survival and Success on Medieval Borders
    Cistercian Houses in Medieval Scotland and Pomerania from the Twelfth to the Late Fourteenth Century, Brepols, 2011, xvi-215 p. []
  3. E. JAMROZIAK. The Cistercian Order in Medieval Europe, 1090–1500, Routledge, Abingdon & New York, 2013, vii-315 p. []

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale de Université de Heidelberg, de passage au CESCM (mars 2014)

Jörg Peltzer, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Heidelberg, profite de la pause des cours en Allemagne, entre le premier et le second semestre 2014, pour mener des recherches au CESCM.

Pourquoi avoir choisi Poitiers pour passer ce mois de mars ?

Le CESCM occupe une place importante dans ma vie académique. En 1996-1997, j’ai quitté l’Université de Bamberg où j’étudiais l’histoire, pour une année Erasmus à l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers. J’ai alors rencontré à Poitiers, Monsieur Robert Favreau (Professeur honoraire du CESCM/Université de Poitiers), qui m’a suggéré d’envisager de choisir les évêques sous le roi Jean sans Terre comme éventuel sujet de maîtrise. Cet avis n’est pas resté sans conséquences substantielles. Dans le cadre d’un Master of Philosophy en 1997-1998 à l’Université de Birmingham (Royaume Uni), j’ai commencé à travailler sur les relations d’Henri II et les évêques de ses principautés continentales. J’ai repris ce sujet pour mon doctorat en histoire médiévale à l’Université d’Oxford, que j’ai réalisé à Christ Church College entre 1999 et 2003. Cette thèse a été publiée sous le titre Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 114012301. Au cours de mes recherches, j’ai de nouveau profité du CESCM et notamment de vos travaux et conseils, Martin Aurell (CESCM/Université de Poitiers) et vos études et colloques ont énormément contribué à faire progresser la connaissance de la maison d’Anjou et de ses domaines.

peltzer_joerg_160x200Qu’avez-vous fait après votre doctorat à Oxford ?

Après des séjours, brefs mais enrichissants, en tant que boursier aux Instituts Historiques Allemands de Londres et de Paris en 2003, j’ai été élu research fellow à Peterhouse, Cambridge. Je suis retourné en Allemagne en 2004 où j’ai obtenu un poste à peu près comparable à celui d’un maître de conférences à l’Université de Heidelberg : j’y suis devenu professeur en 2012.

Votre installation à Heidelberg a-t-elle marquée une inflexion dans vos sujets de recherche ?

Mes recherches ont alors pris une nouvelle voie. J’ai travaillé sur les comtes palatins du Rhin, des personnages très importants de l’Empire romain germanique à la fin du Moyen Âge, qui m’ont fait réfléchir sur la configuration et la dynamique des ordres politiques et sociaux en Europe à l’aube de la modernité. Grâce au Emmy Noether-programme de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) (« Fondation allemande de recherche », l’équivalent allemand de l’ANR en France) et à un Starting Grant de l’European Research Council (2008–2014)2, j’ai eu la possibilité de fonder l’équipe de recherche Rang und Ordnung/RANK dont le but est de traiter de la formation des élites princières du Bas Moyen Âge, surtout dans l’Empire, l’Angleterre et la France. La méthode est comparative et interdisciplinaire3. Elle se penche en particulier sur les manifestations ostentatoires de sa domination depuis le vêtement jusqu’à l’architecture.

L’équipe de recherches RANK définit le « rang » comme l’identité sociale d’un individu dans une société hiérarchique et donc comme une catégorie centrale pour analyser le comportement et les stratégies des acteurs et, par conséquent, sur l’ensemble de l’ordre social4. L’équipe (deux historiens et deux historiens de l’art) s’est centrée sur une analyse du rang dans les armories (Thorsten Huthwelker, désormais au Generallandesarchiv Karlsruhe), sur l’architecture princière anglaise – et, dans un cadre plus limité, allemande –  (Maximilian Wemhöner, Université de Heidelberg) et sur l’architecture princière française (Géraldine Victoire, maître de conférences à l’Université de Montpellier). J’ai moi-même abordé, dans une perspective comparatiste, le rang princier en Angleterre (earls, marquis, ducs) et dans l’Empire (princes impériaux, électeurs) aux XIIIe et XIVe siècles.5

Quelle méthode utilisez-vous pour étudier le « rang princier » ?

Je m’intéresse, entre autres, aux actes de promotion au rang princier (les chartes nous font comprendre les justifications officielles, les facteurs du rang princier et les actes d’investiture nous en apprennent par conséquent beaucoup sur la relation entre le roi et le prince), la position des princes aux tribunaux (ce qui nous apporte de nouveaux éléments sur la relation roi-prince, mais aussi sur la perception des princes comme un groupe à part), leurs stratégies matrimoniales (reflet du degré des différences sociales entre les nobles), les assemblées (car c’est surtout à ces occasions que l’ordre du rang est établi) et évidemment les signes du rang (les sceaux, les titres, les vêtements, leurs usages, leurs développements, etc.). En ce qui concerne le rang princier dans l’Empire les résultats de ces recherches viennent d’être publiés dans mon livre Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Entwicklung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert6.

En cela, vous rejoignez à nouveau les centres d’intérêt des médiévistes de Poitiers…

Après les Plantagenêts, le CESCM croise encore de façon significative le chemin de mes recherches. Vos travaux, Monsieur Aurell, sur la noblesse et la famille médiévale sont bien connus. Vous avez été dès le début un partenaire de l’équipe RANK. Les recherches de Laurent Hablot (CESCM/Université de Poitiers) sur les devises, les sceaux et les blasons sont elles aussi capitales sur ce sujet, et vous avez d’ailleurs tous deux participé dans le passé, aux colloques de l’équipe RANK à Heidelberg. Les sceaux en eux-mêmes, mais aussi comme porteurs d’armoiries, sont des marqueurs importants du rang ou des aspirations au rang. Ma communication du jeudi 20 mars 2014 à Poitiers, sur le sceaux en Angleterre et dans l’Empire, a cherché le comparatisme. Pendant mon séjour à Poitiers, le but est de poursuivre ces échanges fructueux, de profiter de l’expertise des uns et des autres sur la noblesse médiévale et ses signes, et surtout de mieux comprendre le développement français, de tester et de discuter les résultats de recherches de l’équipe RANK et trouver de nouvelles collaborations pour l’avenir.

Pour information, Jörg Peltzer interviendra le jeudi 26 juin dans le cadre des Semaines d’Études médiévales 2014 du CESCM pour une allocution intitulée Le rang comme catégorie d’analyse des actions des grands au bas Moyen Age.

Consulter son CV et sa bibliographie


 

  1. J. PELTZER, Canon Law, Careers and Conquest. Episcopal Elections in Normandy and Greater Anjou, c. 11401230, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 2008, 329 p., and paperback 2012 []
  2. DFG : ‘Rang und Ordnung’: PE 1515/2-1; ERC : sous le VIIème programme-cadre de Recherche et Développement de l’Union européenne (FP7/2007-2013) /ERC Grant agreement n° 204905 (RANK). []
  3. Pour des informations plus détaillées sur l’équipe voir : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/index.html []
  4. Pour la définition du rang voir J. PELTZER, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein. Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert (RANK. Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa 2) Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013, pp. 22–31 []
  5. Dans la collection RANK, publiée chez Jan Thorbecke Verlag, sont déjà parus : T. HUTHWELKER, J. PELTZER, M. WEMHÖNER (eds.), Princely Rank in late Medieval Europe. Trodden Paths and Promising Avenues, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2011 (RANK.  Politisch-soziale Ordnungen im mittelalterlichen Europa ; 1), 360 p. / J. PELTZER, Der Rang … (voir note 2) / Thorsten HUTHWELKER, Die Darstellung des Rangs in Wappen und Wappenrollen des späten Mittelalters, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2013 (RANK. Politisch-soziale  Ordnungen im mittelalterlichen Europa 3), 224 p. Pour les publications de l’équipe voir les volumes de la collection RANK, publiés chez Jan Thorbecke Verlag : http://www.thorbecke.de/rank-c-310_138_413.html ; et les listes de publications des (anciens) membres de l’équipe : http://www.uni-heidelberg.de/fakultaeten/philosophie/zegk/ranguordnung/team.html []
  6. Voir le compte-rendu d’Annika PRÖBE, Review of Peltzer, Jörg, Der Rang der Pfalzgrafen bei Rhein: Die Gestaltung der politisch-sozialen Ordnung des Reichs im 13. und 14. Jahrhundert. H-Soz-u-Kult, H-Net Reviews. March, 2014. URL : http://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=41330 []

La recherche dans les Archives Nationales de Londres (Kew National Archives)

Nicolas Prouteau a passé 2 semaines aux Archives nationales de Londres du 7 au 21 octobre 2013, dans le cadre d’une mission de recherche pour le Service Archéologique d’Indre-et-Loire (37), en collaboration avec le projet RIHVAGE menée par l’université de Tours.

Cette mission s’est concentrée sur « Le château et la ville de Chinon dans les sources de l’administration anglo-normande conservées aux Archives Nationales de Londres ».

Rouleau de Richard Coeur de Lion. Charte concernant Guillaume Briwerre et les forêts de Chinon (1194). Avec l'aimable autorisation des Archives Nationales de Londres (Kew). Cl. N. Prouteau 2013.
Rouleau de Richard Coeur de Lion. Charte concernant Guillaume Briwerre et les forêts de Chinon (1194). Avec l’aimable autorisation des Archives Nationales de Londres (Kew). Cliché N. Prouteau (2013).

 Dans ce cadre, il lui a été permis d’accéder aux documents originaux relatifs à la Touraine à l’époque Plantagenêt et pendant la Guerre de Cent Ans. Cette mission lui a permis d’approfondir les thèmes de recherche suivants :

– Fonction du site et enjeux de la fortification (résidentielle, défensive, conquête, économique, administrative … stratégie de l’implantation et de la mise en défense, etc.).

– Étude des différents propriétaires/commanditaires du château (rois, comtes, seigneurs, châtelains …)

– Histoire de la construction à travers la documentation comptable (Financement des chantiers, matériaux, recrutement de maîtres d’oeuvres et d’ouvriers, connexions avec d’autres chantiers royaux…)

– Prosopographie des officiers de Chinon (Relations entre le château et la prévôté de Chinon, la sénéchaussé héréditaire de Touraine… gouverneurs ; sénéchaux ou baillis du château en l’absence du propriétaire ; chevaliers ; cléricature et personnel dédié à la trésorerie de Touraine).

– Séjours des rois Plantagenêt à Chinon (royautés itinérantes, rôle et fréquence de la résidence, logement de la suite royale au château ? dans la ville ?)

– Étude du phénomène curial (influence de la cour Plantagenêt sur la région, Relations entre Chinon et les autres centres de pouvoirs (Caen, Londres … etc).

Il n’est nul besoin de revenir sur la qualité de conservation, la quantité des archives britanniques et l’accueil chaleureux qui est réservé aux chercheurs à Kew (contrairement à la British Library où l’accès aux manuscrits, chartes et actes est beaucoup plus complexe). Pour les doctorants et chercheurs français qui travaillent sur le bas Moyen Âge et le monde Plantagenêt (que ce soit en histoire ou en histoire de l’art et archéologie d’ailleurs), le passage par les Archives Nationales de Londres est un réel enrichissement.