Tous les articles par Elisabeth Yanssens

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance

         Claudio Galderisi et Jean-Jacques Vincensini

La traduction entre Moyen Âge et Renaissance : Médiations, auto-traductions et traductions secondes

Turnhout : Brepols, 2017

(Bibliothèque de Transmédie, BITAM ; 4) 268 p.

ISBN : 978-2-503-56971-0

Les différentes contributions du présent volume révèlent toutes un rapport problématique à la fidélité des traducteurs et aux traductions préexistantes.
 

Après deux premiers volumes consacrés à la traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne et aux questions concernant la traduction empêchée et la traduction manipulée, ce troisième volume entend sillonner deux domaines mal connus de la traduction au Moyen Âge et à la Renaissance, domaines que seules les apparences distinguent : la réception des traductions médiévales au XVIe siècle et la pratique de l’auto-traduction.

La Journée d’étude dont ce livre recueille les contributions a permis de dénouer les nombreux liens qui lient ces deux thématiques autour des notions centrales de rupture et de continuité, de fidélité idéalisée et d’infidélité impossible. D’un côté, on voit que le traducteur de la Renaissance qui a accès aux traductions médiévales est poussé à en prendre le contre-pied pour marquer une nouvelle subalternité alors que, en même temps, il peut en subir profondément l’influence. De l’autre côté, l’auto-traducteur est pensé comme incapable de se trahir lui-même La relation au texte initial et, en conséquence, la contrainte de fidélité ne sont-elles pas différentes selon que le traducteur translate sa propre création ou qu’il auto-traduit une œuvre originale ? Les quatre théorèmes exposés ici dans l’article d’ouverture de la section consacrée à l’auto-traduction au Moyen Âge et à la Renaissance montrent comment les caractères spécifiques de l’écriture médiévale et l’usage social et culturel des langues ont façonné la pratique de l’auto-traduction.

Les liens sont serrés entre les deux thèmes de cette Journée : dans les deux cas, le traducteur est confronté à la question de la médiation de ce qui existe déjà, médiation qui ne peut se comprendre qu’au regard des aires culturelles privilégiées dans lesquelles elle s’effectue. Les deux volets de ce troisième volume jettent une lumière originale sur une des raisons internes de la traduction : elle ne peut vivre que dans un perpétuel renouvellement.

Claudio Galderisi est professeur de langues et littératures de la France médiévale à l’Université de Poitiers (CESCM). Il a dirigé les trois volumes des Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe s.) (Brepols, 2011). Il a codirigé avec Jean-Jacques Vincensini les volumes sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction (Brepols 2015 et 2016).

Jean-Jacques Vincensini est professeur émérite de langue et littératures médiévales à l’Université de Tours (CESR). Il a édité et traduit notamment les Romans de Mélusine de Jean d’Arras et de Couldrette et prépare l’édition et la traduction de l’Escoufle de Jean Renart. Il a codirigé avec Claudio Galderisi le volume sur la traduction intralinguale et sur la fabrique de la traduction.


Table of Contents

Fortune et infortune des traductions médiévales à la Renaissance
– Claudio Galderisi, L’héritage du Moyen Âge : la traduction entre rupture et continuité
– Frédéric Duval, D’une renaissance à l’autre : les traductions françaises du Corpus juris civilis
Silvère Menegaldo, La longue vie de la traduction française de la Cité de Dieu de saint Augustin par Raoul de Presles (1371-1375). À propos des éditions imprimées d’Abbeville (1486-1487) et de Paris (1531)
– Pierre Nobel, L’editio princeps de la Bible historiée par Antoine Vérard
– Cinzia Pignatelli, Quand la traduction devient vitale : la médecine au début du XVIe siècle vue par Symphorien Champier
– Vladimir Agrigoroaei, Les traductions en vers du Psautier au Moyen Âge et à la Renaissance
– Viola Mariotti, Les traductions françaises d’Albertano de Brescia entre l’automne du Moyen Âge et l’aube de la RenaissanceL’auto-traduction : typologies et pratiques
– Jean-Jacques Vincensini, Des conditions de possibilité des auto-traductions au Moyen Âge flamboyant
– Anna Maria Babbi, L’auto-traduction au Moyen Âge : mensonges et vérités
– Marie-Luce Demonet, Étienne Dolet, auto-traducteur bifrons
Marie-Christine Gomez-Géraud, La Bible et la Theologia deutsch : Sébastien Castellion et ses doublets de traduction

The Lettered Knight: Knowledge and Behaviour of the Aristocracy in the Twelfth and Thirteenth Centuries

Martin AURELL

The Lettered Knight: Knowledge and Behaviour of the Aristocracy in the Twelfth and Thirteenth Centuries

Budapest : Ceu LL, 2017

468 pages, ISBN 978-963-386-105-9

$70.00 / €53.00 / £44.00

An encounter between a warring knight and the world of learning could seem a paradox. It is nonetheless related with the Twelfth-Century Renaissance, an essential intellectual movement for western history. Knights not only fought in battles, but also moved in sophisticated courts. Knights were interested in Latin classics, and reading and writing poetry. Supportive of “jongleurs” and minstrels, they enjoyed literary conversations with clerics who would attempt to reform their behaviour, which was often brutal. These lettered warriors, while improving their culture, learned to repress their own violence and were initiated to courtesy: selective language, measured gestures, elegance in dress, and manners at the table. Their association with women, who were often learned, became more gallant. A revolution of thought occurred among lay elites who, in contact with clergy, began to use their weapons for common welfare. This new conduct was a tangible sign of Medievalist society’s leap forward towards modernity.

This monograph contains a great deal of detailed information about the attitudes towards learning and written culture among members of the nobility in different parts of Europe in the Middle Ages.

“A study of very great and broad significance for the understanding of the nature of knighthood, chivalry and courtesy. It counters the casually held notion that makes clean separation between knights and clerics. The literacy of knights was widespread, and more important, a strongly held and asserted social value. It had a powerful influence on the behavior of knights, and on held and practiced social values of the aristocracy. The book stands as an important contribution to studies of chivalry and the intellectual and social life of the high Middle Ages.” — C. Stephen Jaeger, Gutgsell Professor Emeritus, German and Comparative Literature, University of Illinois, Urbana/Champaign.

 

La croisée des signes : l’écriture et les images médiévales (800-1200)

debiaisVincent Debiais

La croisée des signes : l’écriture et les images médiévales (800-1200)

Paris : Les éditions du CERF, 2017

(Coll. Cerf Patrimoines) 376 p., ISBN : 978-2-204-11539-1

34€

L’écriture est omniprésente dans les images médiévales. Ce constat – celui d’une évidence – a alimenté un pan entier de la médiévistique au cours des trente dernières années, celui de l’étude des relations entre le texte et l’image. Le présent ouvrage envisage à nouveaux frais ces questions en les abordant au prisme de la coprésence des signes alphabétiques et iconiques au sein d’une même image, qu’elle soit peinte sur l’enduit ou sur le verre, sculptée dans la pierre ou le métal, composée en mosaïque ou en textile. En analysant les dispositifs de l’inscription, sa forme, sa localisation et son contenu, cette étude propose de dépasser le constat de l’omniprésence de l’écriture dans l’image pour interroger les conditions et les effets de cette rencontre. Les considérations théologiques et les réflexions patristiques éclairent les intentions et les conditions de la présence conjointe du texte et de l’image au sein d’une même construction visuelle. Sur cette toile de fond intellectuelle se met en place une mécanique du sens entre imago et littera, qui dépasse les fonctions strictes d’identification, de commentaire ou de glose. L’émergence d’une signification augmentée de l’image, voire d’une image nouvelle, se produit dans la friction du texte et de l’image, et l’écriture devient partie intégrante du processus de création du visuel. À partir d’exemples produits entre 800 et 1200, cette étude met en perspective les pratiques artistiques et épigraphiques avec la théologie de l’image. Elle étudie ces objets qui traduisent dans le matériau la réflexion médiévale sur les capacités respectives de l’écriture et de l’image à mettre en signe l’étendue de la Création et l’histoire du monde.

 

Aspetti del meraviglioso nelle letterature medievali. Aspects du merveilleux dans les littératures médiévales

Brepols
Brepols

F. E. Consolino, L. Spetia, F. Marzella (eds.)

Aspetti del meraviglioso nelle letterature medievali. Aspects du merveilleux dans les littératures médiévales
Medioevo latino, romanzo, germanico e celtico

Turnhout : Brepols, 2016

(Culture et société médiévale, CSM 29) 396 p., ISBN: 978-2-503-55515-7

This book provides a fresh insight into European medieval culture by focusing on the concept of the marvellous as it was depicted in medieval writings. Drawing together papers that were presented at the Aspects of the Marvellous in Medieval Literature conference, held at the University of L’Aquila in November 2012, the volume takes a broad multicultural and multilingual approach that offers new perspectives onto the various kinds of mirabile and their common themes in texts from across Europe. Contributions to this volume pay equal attention to both Latin and vernacular writings, and cover aspects of the marvellous in fields as diverse as medieval Latin literature, Romance, Germanic, and Celtic philology, miracles and mirabilia, monsters and fairies, strange creatures and fantastic worlds. Above all, by expanding analysis through different literatures, languages, and literary genres, the volume not only provides an opportunity to compare and contrast key themes and features of these texts, but also casts new light onto the making of our own cultural identity.

Ces Actes du Colloque International de L’Aquila (Aspects of the Marvelous in Medieval Literatures, 19 – 21 Novembre 2012) offrent une réflexion à plusieurs voix sur les nombreux aspects du merveilleux dans les littératures du Moyen Âge occidental. Les différentes déclinations du merveilleux y sont explorées dans les récits hagiographiques, les contes fantastiques, les descriptions de lieus exotiques et de créatures étranges, et surtout dans les romans du cycle arthurien. Il en ressort un recueil particulièrement riche et diversifié, qui montre l’existence de motifs communs aux différentes littératures − latine et vulgaires − et qui relèvent d’une même koinè culturelle. Les analyses conduites par les différents contributeurs permettent de saisir les particularités thématiques et stylistiques liées aux genres littéraires et aux destinataires. La bibliographie sur le merveilleux/fantastique qui clôt le volume témoigne les perspectives et les intérêts présents dans le livre et fournit un point de départ pour de nouvelles investigations.

Franca Ela Consolino is professor of Latin language and literature at Università de L’Aquila. She is the author of several contributions on Latin literary production between Late Antiquity and the early Middle Ages. Francesco Marzella (PhD in Studies of Antique, Middle Ages, Renaissance) researches the marvellous in Anglo- Latin literature of the twelfth century. His critical editions of Aelred of Rievaulx’s Vita sancti Ædwardi regis et Confessoris and the anonymous poem Vita sancti Ædwardi uersifice will soon be published in Brepols’ Corpus Christianorum Continuatio Mediaevalis series. Lucilla Spetia is professor of Romance Philology at Università de L’Aquila and has authored several contributions on medieval French and Provençal literatures.

Table of Contents

Introduzione

Medioevo latino

Sofia Boesch Gajano
Spazi del meraviglioso nell’alto medioevo latino

Luciana Furbetta
Admirantesque qui aderant: aspetti e percezione del
meraviglioso nei libri historiarum di Gregorio di Tours

Franca Ela Consolino
Gli spazi del meraviglioso nei miracoli di Tommaso Becket

Edoardo D’Angelo
Terrasanta senza miracoli

Yu Onuma
Convention through innovation: marvels in topographia
Hibernica by Gerald of Wales

Francesco Marzella
Mondi fatati nella letteratura Anglo-Latina del XII secolo
(Guglielmo di Newburgh, Giraldo Cambrense, Miracles of Farne)

Marco Giardini
Mirabilia orientis et royauté universelle dans la version latine
de la Lettre du Prêtre Jean (XIIe siècle)

Matteo Bosisio
Nephandi criminis / stupenda qualitas! L’Ecerinis di
Mussato tra meraviglioso e demonologia

Medioevo romanzo

Jean-René Valette
Merveille et merveilleux : des sollicitations mythiques à l’approche
socio-historique. Retour sur quarante ans d’études littéraires

Eléonore Andrieu
Merveille et conflits de valeurs dans les premiers textes de langue d’oïl : quelques exemples

Marie Dupuy
La fée et le clerc. Ninienne et le discours clérical dans le Lancelot
en prose

Christine Ferlampin-Acher
Féerie romanesque et roman féerique (XIVe-XVIe siècles) :
naissance et déclin annoncé d’un genre ?

Nicoletta Brocca
La Sibilla fata seduttrice e la Sibilla peccatrice (pentita)

Lucilla Spetia
Partenopeus de Blois e De Nugis Curialium tra
meraviglioso e fantastico: alla ricerca dell’autore del Partenopeus

Pierre Courroux
« Ne quidiés pas que je vous mence » : les chroniqueurs médiévaux
de langue française face au merveilleux

Edina Bozóky
L’utilisation du merveilleux par Jean d’Outremeuse :
les croisades d’Ogier le Danois

Alessio Collura
«Sens e razos d’una escriptura». La teatralità del meraviglioso nel
Vangelo occitano di Nicodemo

Davide Checchi
Mirabilia volgari. Alcuni esempi tratti dal Libro della
natura degli animali

Ana Barja López
La racionalización de la maravilla: la salamandra y el unicornio
en Il Milione

Antonella Sciancalepore
Ombre totemiche negli animali meravigliosi della letteratura d’oïl

Luisa Paglieri
Il leone e il drago in alcuni testi medievali

Sonia Maura Barillari
Jean Froissart e l’‘orso mannaro’: osservazioni preliminari

Adriano Tollo
Tracce di narrazione fantastica in alcune novelle del Decameron

Amélie Hanus
L’autunno del meraviglioso: il caso di un poema cavalleresco fiorentino, la Spagna Magliabechiana

Medioevo germanico e celtico

Dora Faraci
Quale letto per Sir Gawain? Trasformazioni del meraviglioso
nella letteratura inglese del Medioevo

Chiara Staiti
Pfetan e Florie. Ancora sul meraviglioso nel Wigalois

Natalia I. Petrovskaia
Cross-legged Gods and One-legged Foresters

Catrinel Berindei
Feen-Räume. Zur Semantisierung der Fee durch Tabu und
Anderwelt in der Königin vom brennenden See

Carmela Giordano
Quando i mostri destano meraviglia. Genti e animali meravigliosi
nel Lucidarius tedesco

Valeria Micillo
Atburð en eigi jartegn: il ‘miracolo’ nella letteratura norrena

Wolfgang Haubrichs
Entelechie des Wunders

Bibliografia selettiva sul meraviglioso
Abstracts
Les auteurs

 

Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens

ponctuer-l-oeuvre-medievaleÉdité par Valérie Fasseur et Cécile Rochelois

Ponctuer l’œuvre médiévale. Des signes au sens

Paris : DROZ, 2016 (Publications romanes et françaises, CCLXVII), 267 p.

ISBN : 978-2-600-01910-1

Les enjeux herméneutiques de la ponctuation de l’œuvre médiévale : telle est la question posée dans cet ouvrage. Linguistes, philologues, littéraires, historiens, musicologues se répondent pour étudier des textes de genres variés en vers et en prose, en langue d’oc et d’oïl, en latin, italien et moyen anglais. Art à part entière – art du rythme, du souffle et du silence, art de la composition graphique – la ponctuation, dans ses dimensions sonores et visuelles, est comme une manifestation privilégiée de l’art de lire. De la ponctuation choisie par un copiste ou un éditeur dépend la construction du sens : depuis la renaissance philologique de la fin du XIXe siècle, quelle marge de manœuvre incombe aux éditeurs de la ponctuation telle qu’elle figure dans les manuscrits, avec ses écarts par rapport aux usages modernes ? Dans certains textes, ponctuer revient à lever l’ambiguïté, à appauvrir la lecture et à trahir une polysémie intrinsèque à l’œuvre. Engageant le sens, les choix de ponctuation sont le sceau intellectuel de celui qui transcrit l’œuvre médiévale, comme de l’écrivain moderne sur son style.

Ouvrage publié suite au colloque de l’Université de Pau et des Pays d’Adour, organisé du 1er au 4 avril 2014.

Table des matières

Introduction, Valérie Fasseur et Cécile Rochelois

Première partie
Donner à voir et à entendre le sens

La ponctuation de la Bible aux XIIe et XIIIe siècles – Gilbert DAHAN

Art de lire et ponctuation dans l’Ars lectoria Ecclesie (1234) de Jean de Garlande – Elsa MARGUIN-HAMON

Ponctuation et notation dite « musicale » : réflexion sur les frontières – Violaine ANGER

Ponctuation du texte, ponctuation du chant dans le manuscrit médiéval noté : les aléas d’un dialogue en construction – Florence MOUCHET

Ponctuation et lecture à haute voix : aide ou obstacle ? – Olivier BETTENS

Une ponctuation rythmique ? Le cas des octosyllabes « hélinandiens » – Federico SAVIOTTI

Mise en texte et ponctuation des rythmes lyriques latins – Pascale BOURGAIN

Pausa vel tractus : ponctuation, respiration et silence dans les sources de lyrique latine parisienne du XIIIe siècle – Anne-Zoé RILLON-MARNE

Poésies notées du XIVe siècle : le point par le contrepoint ? – Gilles DULONG

Trois petits points. L’« interponctuation » dans les inscriptions médiévales – Estelle INGRAND-VARENNE

Deuxième partie
Copistes et éditeurs à l’oeuvre

Point de fuite : la ponctuation dans les manuscrits de fabliaux et la diversité des pratiques dans un recueil du XIIIe siècle (Paris, BnF fr. 12581) – Francis GINGRAS

La ponctuation dans le manuscrit du Roman de Silence (Nottingham, WLC/LM/6) – Danièle JAMES-RAOUL

Lettrines et ponctuation : le cas de l’Ovide moralisé – Yan GREUB

Di più minute divisioni : divisions (macro)textuelles dans le Livre des cent nouvelles de Laurent de Premierfait – Simone VENTURA

Variation de la ponctuation dans une charte originale en double expédition écrite en français à Liège au XIIIe siècle – Nicolas MAZZIOTTA

Quelques remarques sur la ponctuation des traductions en oïl du droit romain. L’exemple de la Somme Acé d’Azon – Hélene BIU

La ponctuation et ses variations dans le recueil Paris, BnF fr. 1553 – Olivier COLLET

Pratiques de ponctuation dans les éditions du Roman des sept sages en vers. La version K du Roman des sept sages et le style formulaire – Yasmina FOEHR-JANSSENS

Ponctuation du manuscrit ou ponctuation critique ? Plaidoyer pour une édition à deux niveaux – Cinzia PIGNATELLI

Choix de ponctuation et interprétation linguistique : quelques remarques – Thomas VERJANS

Ponctuation médiévale et édition moderne : le cas du chansonnier provençal L – Maria CARERI

Quelques observations sur la ponctuation des éditions critiques des troubadours – Sergio VATTERONI

La ponctuation et la critique textuelle. Quelques exemples italiens – Paolo TROVATO

Troisième partie

Ordre et désordre, rupture et continuité

Quand de la ponctuation dépend le remède : unités ponctuables et ponctèmes dans quelques prescriptions contenues dans les listes de « choses » du Secret des Secrets (ms. BnF fr. 1822, ch. XLVI-LIIII) – Christine SILVI

Ponctuer la géomancie de Guillaume de Moerbeke – Arnaud SIBILLE

Présence et absence de la ponctuation médiévale et moderne dans certains textes anglais de la fin du Moyen Âge : l’embrouillement du sens – Stephen MORRISON

Compilation, citation, distorsions : perplexité sur la ponctuation dans l’oeuvre d’Aymeric de Peyrac, vers 1400 – Paul MIRONNEAU

Point d’interrogation et jeu dans le manuscrit du Jeu d’Adam (BM Tours, 927) : quelques lectures – Véronique DOMINGUEZ

Qui parle ? La ponctuation des dialogues dans quelques textes d’Eustache Deschamps – Laetitia TABARD

Ponctuation et tension dramatique : l’exemple des éditions de la chanson d’Aspremont – Blandine LONGHI

La ponctuation du Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole : remarques sur le style de Jean Renart – Vanessa OBRY

Ponctuer la poésie du non-Sens : le cas des fatrasies – Jean-Marie FRITZ

Long temps ne puis en ce point remanoir. La ponctuation des poèmes de Charles d’Orléans – Christopher LUCKEN

Contre l’édition mécanique des textes médiévaux. Quand la ponctuation devient un argument de la propriété intellectuelle – Max ENGAMMARE

Point de vue moderniste – Isabelle CHOL et Isabelle SERCA