Soutenance de thèse de Gaël Chenard, École des Chartes (10 décembre 2014)

Le 10 décembre dernier, dans la grande salle de l’École nationale des Chartes, Gaël Chenard a soutenu sa thèse de doctorat, consacrée à L’administration d’Alphonse de Poitiers en Poitou et en Saintonge (1241-1271), devant un jury présidé par Élisabeth Lalou (Université de Rouen – Haute Normandie) et composé de Martin Aurell (Université de Poitiers, codirecteur), Olivier Guyotjeannin (École nationale des Chartes, codirecteur), Olivier Mattéoni (Université Paris I – Panthéon Sorbonne) et Nicholas Vincent (University of East Anglia).Alphonse

L’historiographie récente a relégué à l’arrière-plan Alphonse, comte de Poitiers, frère de Louis IX, figure secondaire de la légende du saint roi, et objet, jadis, d’un livre important d’Edgard Boutaric (1870). Gaël Chenard nous invite à renverser la perspective. Son travail interdira de se contenter de tenir Alphonse de Poitiers pour un serviteur un peu anonyme du grand dessein capétien (notamment par la préparation du rattachement du Midi à la Couronne). Le prince, en effet, n’est pas « l’ombre du roi ». L’héritage de son beau-père Raymond VII de Toulouse fait de lui, lorsque Louis IX revient d’Orient, en 1254, le premier vassal du royaume. Alphonse mène sa propre politique et défend ses intérêts, en opposition, parfois, aux entreprises de son frère, mais suivant une même conception de l’exercice du gouvernement et de la souveraineté royale.

C’est à cette construction originale que s’attache Gaël Chenard, qui reconstitue les logiques pratiques de l’administration princière, et montre en quoi le Poitou et la Saintonge ont représenté un espace d’expérimentation politique. La richesse de la documentation permet de donner chair à cette administration et à son personnel. L’attention portée aux mécanismes de la production et de la circulation documentaires écarte le risque du fonctionnalisme, et met en évidence les modes de gestion et les équilibres entre l’administration comtale et les intérêts locaux.

Pour le prince et ses conseillers, qui séjournent habituellement dans le Bassin parisien, ces terres, éloignées, ne peuvent faire l’objet d’une gestion identique à celle du domaine royal, où le contrôle exercé sur les officiers locaux est plus immédiat. Le dispositif administratif relève de la « centralisation princière ». L’information remonte au comte et aux institutions centrales (qui monopolisent les compétences techniques), auxquels appartient le pouvoir de décision. Ce dispositif repose d’autre part sur l’intéressement de relais locaux : les contrats de fermage doivent être compris comme un moyen de gouverner à bon compte. Toutefois, l’évolution conduit à une forme de « centralisation administrative », où l’existence d’agents et d’institutions permanents dispense de la présence du prince.

La comptabilité occupe une place de choix dans le travail de Gaël Chenard ; deux volumes de la thèse sont consacrés à l’édition des comptes. Cette importance s’explique à nouveau par le caractère exceptionnel de la documentation conservée (si l’on compare, notamment, avec ce dont on dispose pour l’administration royale). Mais elle se trouve d’abord justifiée par le fait que la comptabilité est « l’outil du contrôle par excellence ». Les documents comptables, produits par l’administration centrale, témoignent ici d’une approche plus juridique qu’économique, et d’un système où la pression exercée sur les officiers locaux est considérable : les sénéchaux, en particulier, sont appelés à compenser les impayés, et certains d’entre eux sont de ce fait lourdement endettés à leur sortie de charge.

C’est à une brillante réflexion sur le gouvernement des hommes au Moyen Âge que convie la thèse, comme en témoignent les perspectives de recherche qui ressortent, au fil de la soutenance, de la discussion avec le jury : autant de pistes ouvertes autour de l’organisation judiciaire, de l’héritage plantagenêt, de l’administration des possessions méridionales d’Alphonse de Poitiers, ou encore de la comparaison avec les outils comptables des siècles postérieurs. Au terme d’une brève délibération, le jury accorde au travail de Gaël Chenard la mention Très honorable, assortie de ses félicitations unanimes : on espère pouvoir bientôt lire le livre dont la publication, désormais, s’impose.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *